La dépendance affective, looseuse de l’amour

Je prends la plume sur fond sonore poussiéreux qui me donne un moral sentimental de fou. Parce que j’ai une blessure profonde qui me fait vachement mal tu vois. Non je déconne, t’es ouf ou quoi. Moi ? Chialer pour un mec ? Arrête-toi.

Abordons le douloureux sujet de la dépendance affective. Yes, big pavé dans ta face, la dépendance aff-ec-tive.

giphy (5)

Je viens de finir la saison 2 de Love sur Netflix et là tu me dis que t’en as rien à foutre et je te réponds que je suis tout à fait d’accord avec cette réflexion. Dans cette série (que je te conseille de regarder car c’est bien fichu), la nana dit être alcoolique mais également dépendante affective et sex addict aussi je crois. Bon, je suis pas une alcoolo (quoi que ça dépend des semaines) et je suis pas une sex addict (quoi que ça dépend aussi des semaines) mais je souffre de dépendance affective. Waouh, rien que ça. Alors dit comme ça ça fait « Bonjour  je m’appelle machin et je suis dépendante affective »

=> non mais vazy en fait, on l’est tous un peu sur les bords <=

Ah ouais, fais gaffe, je ne suis pas arrivée à écrire correctement ce billet, du coup ça part dans tous les sens. Sorry not sorry. Prends des cacahuètes et du pop-corn en attendant, même du Bresse Bleu ça me dérange pas, de là où je suis je ne sens pas ton haleine de merde.

giphy

Éternelle amoureuse, éternelle solitaire

A la base, je suis une amoureuse de l’Homme. J’aime foncièrement les gens, je suis très naïve et quand on est gentil avec moi… Je fonce tête baissée. J’aime l’échange, le partage, je suis curieuse, je m’intéresse à l’autre, je questionne, je mets l’autre sur un piédestal, je m’en émerveille, je veux tout savoir, je veux apprendre. Bref, t’as compris, je m’attache grave. Et ça peut aller hyper vite.

Comme dernièrement je n’ai personne dans mon cœur, quand un homme pointe le bout de son… (je t’ai grillé coquinou va) … nez (t’es déçu avoue)… Bah il est alone face à une meuf qui est seule et disponible. Et s’il est habile le bougre, il peut très facilement prendre de la place dans mon cœur meurtri d’amour, la solitudiné tout ça. Normal hein. Et s’il se débrouille bien, ça peut même aller hyper vite. Ce qui est assez flippant, je l’assume total. En l’espace de 3 ou 4 jours, voire même plus rapidement encore, je suis à 100 % focalisée sur ce mec. Comme une grosse bouffonne que je suis, j’attends TOUS.LES.JOURS de ses nouvelles.

Mais je reste méfiante dans le fond quand même. Je suis un chat sauvage ne l’oublie pas. Par exemple, je prends jamais des nouvelles de l’autre. Je me dis que si le gars est intéressé, je m’autorise à faire la princesse. Du coup, je le laisse venir tout le temps. Je n’ai rien à faire, le gars se motive seul. Je vais pas te mentir, c’est archi plaisant. Tu te sens désirée et t’as l’impression de rythmer les journées de l’autre. Hé oui, quand ça commence dès le matin jusqu’au couché, normal. Mais oui, t’as bien lu, il existe des mecs qui font ça. Et des meufs aussi => AKA MOI la bonne poire. Du coup, comme je suis fixée sur mon téléphone je te le donne en mille mais j’ai beaucoup de mal à me concentrer au boulot, à regarder un film OKLM, à écouter les potos si je les vois etc. J’ai honte mais c’est comme ça, on ne se refait pas. Toute mon attention est focalisée sur le gars du moment.

giphy (2)

Mon schéma répétitif de merde

Attention, j’adopte aussi une tactique imparable : je suis tout le temps super positive => ça donne envie de voir la personne. J’essaie de répondre aux messages assez rapidement (mais pas trop pour pas faire psycho), je me fais désirer etc.

Je fais tout ça uniquement AVANT le premier rendez-vous.

Hé ouais, car après => 2 cas de figures différents :

  • Si le mec me plait grave bah je fais pas ma princesse. Je ne me respecte même plus, je fais ma bouffonne et je n’ai plus de face. Je suis une looseuse et je perds toute dignité. Je suis à ses pieds. Je suis ridicule quoi, je suis honnête avec toi… Je suis le genre à demander « On se revoit quand? » « J’ai hâte de te revoir » « J’étais trop contente de te voir » etc. Je suis très, trop démonstrative, mais je suis comme ass. On se refait pas hein. Je suis trop entière comme meuf. Alors oui, ça fait fuir certains mecs. Et je comprends grave. Donc je suis souvent triste.
  • Si le gars ne me plait pas, j’en ai un peu rien à faire. J’ignore carrément. Je ne donne pas de mes nouvelles et ne réponds pas à ses messages. C’est lâche, nul, zéro, lamentable et je suis ENTIÈREMENT d’accord avec toi. Là-dessus j’ai du boulot à faire, je n’aime pas avoir ce comportement, je n’arrive pas à être honnête. En même temps, je fais ça car quand on te le fait à plusieurs reprises… C’est plus fort que toi, comme Sega, tu reproduis le truc. Cercle vicieux et pas cool je sais. JE SAIS PUTAIN.

giphy (6)

Ce petit jeu des échanges SMS avant la première rencontre peut durer quelques jours comme plusieurs semaines. En fait, tout dépend de mon emploi du temps mais surtout de ma motivation à écourter le temps entre le 1er SMS et le premier date (TMTC on sort tout juste de l’hiver et sortir un mardi soir en février pour aller prendre un verre et me taper 30 minutes de route avec 2 degrés dehors… bah…. oui ok t’es comme moi. Tu regardes tes séries Netflix sous ton plaid on est d’accord).

Bref.

Je disais que je reproduis en général le même schéma. Je sais, j’ai un problème. Je m’attache très, trop vite à l’autre. Me suis documentée comme une grande, je me demandais si mon comportement était normal, en fait j’ai appris grâce à l’internet mondial que je suis ce que l’on appelle plus communément une dépendante affective. Et Netflix me l’a encore appris récemment je ne suis pas la seule (big up « Love »).

Tu veux savoir si toi aussi tu es ce que l’on appelle un dépendant affectif? Si tu coches ces points, bah oui, t’es un dépendant affectif et tiens, je te file ton étiquette :

hello-my-name-is

Oui je sais, je maîtrise Paint à la perfection.

 

Sans transition, voici ce qui définit un dépendant affectif 

Je suis ce que l’on appelle un Saint-Bernard, une infirmière J’aime la détresse émotionnelle de l’autre et j’aime profondément aider.  Les soucis de l’autre me rendent flaque d’eau Amélie Poulain, je suis la fidèle épaule sur laquelle on se lamente. Bref, j’aime être un soutien psychologique pour mon double. Et c’est trop souvent comme ça que je me retrouve avec des gros dépressifs (4 à mon actif et je tombe tout le temps dans le panneau) je les écoute, je les conseille, je les porte vers le haut, je leur redonne le sourire…Avant de perdre le mien et ouvrir les yeux sur cette relation à sens unique.

Ça c’est mon plus gros souci sérieux. Y’a pas plus tard que le dernier article publié, le date de Hector, je disais que tous les hommes sont l’homme de ma vie. Dès le départ j’ai cette super faculté à imaginer mon futur avec le gars. Pourtant, je sais pas moi, je fonctionne comme ça. Ça me parait tellement normal de faire ça. Non ? Allez… Non ? Ah merde. Je vois en lui l’Homme de ma vie, le gars avec qui ça va durer des années et des années, je me vois vieillir avec lui, jouer à la pétanque l’été prochain, aller au ciné la semaine prochaine… Tout ça avant qu’on ait trinqués ensemble bien sûr, tout ça en échangeant seulement 4 pauvres messages. Forte la meuf t’as vu. Et flippante.

J’ai ce besoin irrémédiable de sentir que c’est passionnel et dès le début. Si je sens que le mec n’est pas à fond, c’est archi mort. J’aime savoir que l’autre a les mêmes envies que moi, faut qu’on soit tous les deux à fond. Et tout ce qui gravite autour… WTF j’envoie tout balader. Un autre me court après ? Vazy casse-toi, la place est prise sorry baby lova. See you next month quand je me serai faite tej comme une sale merde, comme d’habitude quoi.

Je suis le genre de nana à ne pas avoir confiance en moi. Clairement pas du tout du tout du tout. Je suis le genre de personne à ne pas savoir recevoir les compliments, je ne les entends pas, jamais même. Du coup, je transfère sur l’autre ce que je ne suis pas (à savoir une meuf avec une confiance gonflée à bloc). Ce qui donne en gros ça : pluie de compliments sur l’autre (j’adore ton taff, t’es trop intéressant, j’aime ta voix, ton appartement est trop cool, t’es beau quand tu baises, c’est quoi ce teesh trop beau qui te rend trop beau…). Oui, je suis comme ça. Je remets tout sur l’autre mais en puissance 2000. Ce qui peut faire flipper.

Je crois, depuis le début de mon célibat, qu’il ne s’est jamais passé une semaine sans que j’ai quelqu’un en tête. J’ai ce puissant besoin de penser sans arrêt à un mec, sans ça, je me fais terriblement chier et ma vie n’a aucun sens. C’est ça le truc, ma vie n’a aucun sens. Me sens juste inutile au possible. Le taff, mon enfant, ma famille, mes amis, la déco de mon appartement ne sont pas suffisant pour me satisfaire, il me faut un mec en tête. Si la pensée du torse poilu, de l’avant bras ultra veineux ou de la mèche rebelle du gars que je convoite ne me titille pas l’esprit je suis le pire caca que tu puisses connaître. True. Faut qu’il y ait du mâle dans l’air. Je commence à me faire flipper.

giphy (4)


Si je prends du recul, je me rends compte dans la vie que je suis assez fortiche sur pas mal de trucs. Je m’assume financièrement et j’y arrive seule, je vis avec un enfant en bas âge et ça se passe parfaitement bien, je bosse dur, j’ai de bonnes relations avec ma famille (paix et amour pour toujours sans divorce) et mes amis (Inch’Allah l’amour que je leur porte). Bref, je tente d’assurer et d’être au top du hip-hop sur tous les fronts je te jure. Et c’est là que tout tombe à l’eau => je suis une sous-merde en ce qui concerne mes relations avec les hommes. Je donne trop, je donne tout, je suis toujours pleine d’espoirs, je suis une dépendante affective. Et je me bats pour changer, dur dur mais je tente.

giphy (7)

Sinon comme cet article le sous-entend… Je suis seule en ce moment.

 

 

 

7 réflexions sur “La dépendance affective, looseuse de l’amour

  1. Bon sang mais c’est bien sûr ! La dépendance affective ! Avoir besoin d’avoir un mec en tête (irais-je jusqu’à dire « besoin d’être amoureuse » ? Oh oui !), c’est complètement ça.
    Va falloir que je me documente sur ce sujet moi…
    A quand un article : « J’ai vaincue la dépendance affective » ?? Je suis preneuse 😉

    Excellent article, voilà qui donne matière à réfléchir (entre deux fou rires). En tout cas si tu n’as pas confiance en toi (bienvenu au club), tu peux au moins être sûre que tes articles sont attendus et dévorés… Et qu’ils font marrer à chaque fois ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Je tente de me soigner, j’essaie de prendre un max de recul… Alors yes, je pense qu’il y aura une suite à cet article => « comment je contourne mon addiction » ahahaha
      Mais y’a des trucs qui fonctionnent c’est clair !
      Trop chou ton message ❤

      J'aime

  2. Tu devrais lire le bouquin: « Pourquoi les hommes adorent les chieuses. »

    Et le second volet: « Pourquoi les hommes épousent les chieuses. »

    Je crois que les hommes adorent les femmes qui ne leur sont pas tout à fait acquises même quand il s’agit de leur femme.

    Un homme ne veut pas être la raison du seul bonheur d’une femme quand bien même il en serait fou amoureux.

    Il veut pouvoir sentir qu’il gagne chaque jour son amour et a quel point il a de la chance d’avoir séduit une telle femme… Cela plus que le contraire.

    Courage !

    Aimé par 1 personne

  3. Exactement !

    Cesser d’etre gentille mais/et être vrai !

    Garder une part de mystère. Et faire sentir à l’autre que si on aimerait (peut être) être avec lui, on a pas besoin de lui…

    Tout est dans la nuance et la subtilité et un zeste d’indifférence. 😌

    Je t’encourage vivement à les acheter.
    Dans un premier temps tu seras effarée car on se reconnnait toutes dans les « choses à ne pas faire » ou « à éviter ».

    Mais une fois la stupeur passée, tu remercieras le ciel pour cette pépite ! LOL

    Bon courage à toi ! 😊

    #ToWin

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s