First date (21) : Martin

J’continue mon trajet j’arrive sur le boulevard Barbès, quand je vois un de mes ami qui venait de Marrakech… afin de trouver un mec. Je te jure, ce chemin de croix est interminable. Je suis toujours pleine d’espoir et je rencontre encore et toujours des mecs …. qui ne me correspondent pas du tout.

Je te rappelle que je suis dans une phase d’enchaînement de rencontres que je qualifie d’un peu pourrav. Les mecs sont cools hein, je dis pas le contraire, quoi que ça dépend en fait… Mais voilà, aucun d’entre eux ne me donne envie d’aller plus loin et de le revoir. Pas de ma faute, ni de l’autre, c’est la vie qui veut ça. That’s all folks les amis. Après Laurent, Hector et Pierre, voici Martin \o/

J’aborde le début de l’année 2016 en ayant grave envie de rencontrer Martin. Nous sommes début du mois de janvier. Je change mes habitudes et j’abandonne Tinder pour me concentrer sur Adopte un mec. Bien que j’exècre ce site de dating de part son design dégueulasse et l’humour pourri (mettre un mec dans son panier de course, allo les mecs OSCOUR), je teste tout de même.

J’ai fait très peu de rencontres via Adopte un mec. Je trouve le concept vraiment à chier. Mais ça je l’ai trop souvent dit donc j’arrête d’être redondante. Mais si je mets de côté tout ça, j’ajoute aussi que je trouve les mecs super chelou sur ce site. Pas forcément princesses comme sur Happn, mais plus sensibles/fleur bleue/sentimentaux. Genre faut parler encore et encore, répondre à un interrogatoire, si ma fiche de présentation n’est pas remplie je me prends des réflexions, idem si mes goûts ne sont pas comme ceux des meufs en général on me le reproche très facilement. Franchement, ce site n’est pas fait pour moi. Décidément pas. Et ça me vénère.

giphy10

C’est en navigant dans les rayons du supermarché Adopte un mec que je tombe sur Martin. Il était perdu dans un coin vers les frites au niveau des surgelés ce con. Du coup je l’ai chopé par la peau du cou (et non pas des… enfin bref…) et je l’ai foutu dans mon panier. Il était chouchou Martin, ses petits yeux rieurs, cette barbe de quelques jours et son look de fils de bonne famille. Trop mignon Martin quoi. On a vite fait connaissance sur l’application et on y est resté. Jamais je n’ai eu son numéro. Ouais, c’est un peu bizarre mais parfois ça se passe comme ass. Bref, je m’en fous. Et toi aussi.

On parle de tout et de rien, mais Martin me dit assez rapidement qu’il n’a pas fait de rencontres et que je suis la preums dans sa vie avec qui il parle. Pression. Je me dis intérieurement qu’il ne faut pas que je lui dise que j’ai déjà vu de mon côté une vingtaine de mecs. Ça risque de lui faire peur. Enfin moi ça me ferait un peu flipper je pense. Et idem, je modère rapidement mes propos, je ne dis pas trop de gros mots, je tente de faire « fille sage » avec un brushing impeccable. Faut pas les effrayer les mecs sur ce site. Et comme je suis en phase de démarche positive dans le but de trouver un mec je me tiens à carreaux, je me dis que je me dévoilerai plus tard. Genre.

Martin et moi décidons de se donner RDV dans le 14ème arrondissement. Comme je suis en banlieue côté sud-ouest (wesh si si la famille) moi ça m’arrange. Bien que ce ne soit pas mon coin de prédilection de la capitale, on trouve un terrain d’entente et on se voit dans une rue chouki que j’aime bien.

Pas comme à mon habitude, je suis à l’heure. OUI JE SUIS A L’HEURE MAIS CARRÉMENT. Si bien que je me permets d’appeler Martin pour lui annoncer que je suis sur place et je fais même un saut chez le buraliste pour acheter des clopes. Pour te dire que j’ai du temps devant moi. Je marche dans la rue, Bouga à fond les ballons dans mon casque acheté sur Aliexpress qui ne fonctionne qu’à moitié.

giphy (7)

Je croise un mec mais je fais pas gaffe et en fait… C’était Martin. Le gars m’appelle mais j’entends rien, normal. Alors il me suit et genre me fait peur, tu sais il passe sa main dans mes cheveux. J’ai pas trop ri parce que je trouve ça un peu naze. Et franchement, j’ai vraiment pas kiffé qu’il fasse ça. Je suis le genre de personne qui n’aime pas le contact physique, je suis pas tactile du tout. Mais alors quand c’est en plus une personne que je ne connais pas, je pourrais me vénère puissance 2000. Mais comme je suis le premier rendez-vous de Martin, je reste cool et je souris d’un seul côté de la bouche. Je veux pas dégoûter ou effrayer le petit chat, si ça ne marche pas avec moi ça peut très bien le faire avec une autre hein.

Déjà je suis déçue. Parce que je n’arrive pas à décrocher de ses baskets en cuir avec fermeture éclair sur le côté et de son sac en bandoulière et je me saoule d’avance d’être saoulée. Je n’arrive pas à aller au delà, je sais c’est pourri. Mais voilà, ça ne se commande pas. D’autant plus que Martin n’est pas plus grand que moi (qui ne suis pas hyper grande je te le rappelle). Donc voilà. Mais tu le sais, je suis pas une connasse et on va en terrasse se prendre une bière et une assiette de chips pour le régime.

Martin fait un boulot dont il est super fier. Il est régisseur sur des tournages de télé-réalité. Il a fait plusieurs émissions, genre « les Anges », les « Chtis à Ibiza » ou encore « Les Princes de l’amour ». Moi je vais pas te mentir mais je ne regarde pas. J’ai pas vraiment le temps. Mais si je tombe dessus par hasard, je suis rapidement hypnotisée et je reste devant. Parce que ça me remonte le moral sur ma situation, mon maquillage, mes fringues, ma façon de m’exprimer => je me sens tellement distinguée et rassurée quoi. Du coup Martin me sort des prénoms que je ne connais pas, des émissions inconnues et il est super fier de me dire que toutes les meufs sont hyper intéressées quand il raconte tout ça. Moi je suis surtout méga intéressée par l’assiette de chips qu’il ne touche pas. Je me prends la tête sur la façon de tout bouffer le plus discrètement possible. J’ai des priorités dans la vie moi ! La bouffe ou la télé-réalité, t’inquiète bébé mon choix est fait. Même pas honte. Je fais quand même attention de ne pas m’en mettre aux commissures des lèvres ça pourrait faire mauvais genre.

Quand il a terminé le chapitre Kenzoï/Bryan/Leeloo/Shaïra/Kindan et autres prénoms affreux qui n’existent pas, il entame un chapitre que… je pense… je n’aurais jamais voulu entendre. Le gars m’a parlé le plus naturellement possible de son ex et la récente rupture. Mais attention, on est dans une dimension genre haute voltige Nicolas Cage car Martin me donne absolument TOUS les détails. Confessions nocturnes sauf que Vitaa n’est pas en face de moi. Quoi que j’aurais préféré que ce soit Diam’s car elle au moins elle est couillue grave à vouloir rayer la BM du mec.

Tu l’as capté, je prends peur suite à ses confessions. Mais vraiment. J’ai des informations sur ses pannes sexuelles (mec… On se parle depuis 34 minutes, un peu de pudeur hein), sur l’infidélité de son ex, sur les coups bas de sa belle-famille, la colocation hyper compliquée, les chiottes immondes etc. Non non, tu ne rêves pas, moi non plus d’ailleurs, mais le mec y va carrément à fond.

Je mets mon cerveau en mode pilote automatique, les yeux fixés sur l’assiette de chips, j’alterne entre cigarettes, gorgées de bière et bouchées salées… J’écoute sans trop écouter, Martin continue son monologue. J’ai encore en tête Belsunce breakdown qui tourne en boucle… Ah tiens ma binouze est presque fini fuck… « Tu contestes ? Prépare ton testament gars »… Ah Martin continue… Je lève les yeux et le regarde et je me perds dans l’assiette de chips … Ah j’ai laissé des miettes abuse pas meuf et termine… « On sévit sur les cafards comme le Baygon »… Martin continue… « J’écrirais un bouquin sur ce quartier D’où j’sors d’une ronde Belsunce Breakdown »… Ah merde j’ai loupé un truc il me parle de cul, merde t’es con Matka t’as raté. « D’où j’sors d’une ronde Belsunce Breakdown ». Je me recentre sur Martin et ouais il dit un truc… j’ai pas bien compris …  Avec 2 pintes dans le nez pas facile… Je tends l’oreille… « Coincés entre la gare et le vieux port, On n’est pas les plus à plaindre » Ah putain de merde… Ah ok… Ah…. Ah ben le bordel… Je comprends… Et je crois que j’ai pas envie de savoir la suite… Martin tu vas trop loin… Non non… « D’où j’sors d’une ronde Belsunce Breakdown »… Martin n’en dit pas plus steuplé (-_-‘) parce que jusqu’ici tout va bien.

Je n’arrive pas à croire que le mec me raconte ça… que son ex l’a violé, lui imposant des rapports forcés après lui avoir foutu une beigne en plein visage O_O’ Ok, je crois que ça ne peut pas être plus gênant. Je sais pas où me mettre, vraiment. Ah putain… Ben merde quoi O_O

Awkward.

giphy (8)

Alors là, je sais pas trop comment réagir ni trop quoi lui dire. Déjà j’arrive pas trop à comprendre ce qu’il me raconte car je suis silencieuse en mode réflexion totale avec moi-même « Wtf est-ce que j’ai bien compris ce qu’il vient de dire ou bien ?! ».

Tu penses bien que depuis un moment ce mec ne me donnait pas envie, mais ces confessions super perso de la mort étaient assez mal venues lors d’un premier rencard. Ou alors je sais pas, mais vraiment, j’étais pas à l’aise hein. Mais du tout.

Martin avait besoin de parler. Peut importe la personne, le lieu etc il s’en branle. Le gars voulait raconter tout ce qu’il avait sur le cœur, zéro filtre, il en pouvait plus. Fallait que ça sorte. Après je suis une bonne oreille, je tiens le rôle de l’épaule sur laquelle on chiale car j’ai beaucoup d’empathie et je sais écouter les autres. Ça ne me dérange pas. Mais quand c’est un inconnu, c’est assez déstabilisant. Quand c’est inattendu, c’est dérangeant. Je sais pas où me foutre d’ailleurs je voulais blaguer sur les chips mais je crois que je vais m’abstenir.

Ma bière est terminée, mes chips mangées et rotées, j’ai presque plus de clopes. Je crois que ce rendez-vous m’a crevé, MARTIN M’A TUER. Carrément j’ai pas d’autre mot.

Martin s’excuse de s’être livré autant. Mec je t’en veux pas… Mais j’étais pas prête quoi.

Il change de sujet, ça dure encore 10 minutes à tout casser. Mon maquillage me pique les yeux, la journée était longue, j’ai pas le moral, je n’ai plus le moral. Je veux rentrer chez moi et retrouver mon nin-nin dans mon lit.

giphy (6)

On se quitte. On se fait la bise. C’était sympa de te rencontrer Martin. Bien cordialement. Salut mec.

Je marche dans la rue, je ressasse un peu cette rencontre. J’arrive devant ma voiture, j’ouvre la portière, je suis un peu en mode zombie. Ceinture. Contact. Première. Feux de croisement. Clignotant. Salut le 14ème. Retour en banlieue.

« Trois tours d’périph, fenêtre ouverte
J’vois passer c’qu’on aurait pu être »

Wesh bah Patrick t’es bien mignon mais je vois pas où j’aurais pu aller avec Martin. Le mec est encore traumatisé de sa séparation. Merci non merci. Ce sera pas lui mon buveur de bière funky.

T’es où merde !!!!!!!!!!!! 21 rendez-vous BORDEL !!!!!

2 réflexions sur “First date (21) : Martin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s