First date (25) : Paolo

Je viens de me faire larguer comme une sale merde par Jean. Rappelle-toi… Et par messages en plus. Je ne vais pas te mentir mais je suis hyper triste.

giphy (7)

Grosse déception, je suis grave dé-goû-tée. Même si dans le fond je savais que ça n’allait pas durer une éternité, j’étais quand même vraiment attachée à lui.

Le largage a eu lieu un vendredi soir. L’âme en peine et en pleurs, ma copine Lara (big up Lady) me sort de mon appartement et m’emmène danser dans le 20ème. C’est après plusieurs pintes qu’on sort en titubant de la Bellevilloise, on rampe carrément sur les trottoirs. On est vidées, on pue grave, on a mal aux pieds… Cette soirée Hip-Hop années 90/00 était vraiment mémorable. J’ai tout donné => mon maquillage est à présent inexistant, mes fringues sont trempées et mes cheveux ressemblent une fois de plus à un poulpe mort. En plus j’aime pas les poulpes. Sauf quand je les mange à Madrid grillés. Putain, c’est comme du beurre. Tellement trop bon.

Le lendemain, malgré une petite gueule de bois et une super soirée passée entre gonz, j’ai encore mal à mon cœur. Surtout que le mec revient à la charge. Argh, mais s’il te plait mec, laisse-moi bader seule, laisse-moi tranquille putain !! Tu as pris ta décision, laisse-moi la digérer !

giphy (1)

Dans l’après-midi, ma copine Camille a eu aussi pitié de ma sale gueule et de mon moral de merde. En plus elle me dit qu’il est super con de ne pas profiter des billets que j’ai chopés. C’est vrai. Mais c’est vrai ! Alors ni une, ni deux, je la rejoins et on va au concert de Métal ensemble, en plus elle a des potes sur place. Cool. Ça va me changer les idées, j’en ai besoin.

Comme je suis une meuf super ouverte (artistiquement parlant, arrête un peu oh) c’est le cœur rempli de joie que je m’apprête à me faire mon premier festival qui plus est de hard rock. Cool, je vais voir Korn et d’autres groupes, rigolol non ?

Sur place, ambiance super sympa, très détendue et vraiment bon enfant. J’ai beau faire des concerts, jamais je n’ai retrouvé cet esprit. Vodka, bières et drogues douces sont dans la place => dois-je te rappeler que j’ai pas le moral et qu’avec les copains on se change les idées ? Allez zyva, don’t judge me. En plus pour de vrai je fume que des clopes, les joints me donnent la nausée et je vomis facilement. Et vomir, ça je n’aime pas des masses :/ (mauvais souvenir datant d’une 20aine d’années, si t’es sage je te raconterai).

Et c’est en plein festival que je dégaine mon téléphone, c’est l’âme en peine que je vais sur Tinder. Tu la sens venir la phase de la nana qui est en colère contre la vie ? Ben voilà, me voici \o/ Je t’avais dit y’a pas plus tard que le dernier article que quand un mec me fait du mal il faut que je me change les idées rapidement avec quelqu’un qui est dans le même mood ?

Là clairement, je ne vais pas te mentir mais j’étais dans un mood… arf… Heu comment te dire. Ben voilà, oui, ça va, fallait que je tourne la page « Jean » et il fallait que je trouve rapidos un gars qui avait envie de .. Ben de… Ben de jouer quoi. Et sérieux, je passe une super soirée, je n’ai pas trop envie de rentrer, j’ai envie de profiter. Il fait super bon, l’air est encore bien chaud ainsi que mon slibard (propre).

Je tombe sur le profil de Paolo qui m’avait déjà liké => match.

On n’y va pas par 4 chemins, clairement le ton est donné dès le départ. Ça nous évite la perte de temps, c’est lui qui annonce la couleur. Ca tombe bien, j’ai la même envie.

Très cher ami lecteur de mon cœur, je prends le temps de revenir sur ce que j’ai évoqué plus haut (et je m’autocite) : « Je dégaine mon téléphone, c’est l’âme en peine que je vais sur Tinder. Tu la sens venir la phase de la nana qui est en colère contre la vie ? Ben voilà, me voici \o/ Je t’avais dit y’a pas plus tard que le dernier article que quand un mec me fait du mal il fait que je me change les idées rapidement avec quelqu’un qui est dans le même mood ? » => J’ai bien évidemment fait attention de ne pas voir un gars qui est dans une recherche totalement différente de la mienne. Je suis pas une fille méchante et je ne fais jamais aux autres ce que je n’aimerais pas qu’on me fasse. A savoir que j’ai le cœur brisé et que je ne cherche rien d’autre qu’un peu de cul pour me changer les idées. Bah voilà, je refuse de faire ce coup bas à un mec qui ne cherche pas ça. Normal. Je suis comme ass et c’est pour ça que j’ai orienté ma recherche dès le départ avec un gars open sex.

giphy (4)

❤ Paolo ou le doux charme de l’Italie ❤

Il est CHOUKI le gars. Il a une baby face mais clairement. Paolo c’est le genre de mec qui porte des chemisettes hawaïennes avec un piercing  type septum (ça ressemble à ça au cas où tu saches pas et moi je suis archi nulle en piercings) et plein de tatouages mais surtout plein de poils. Genre plein de poils à l’italienne. Moi les italiens, j’aime bien. Les échanges sont très rapides, je sens Paolo super cool et super drôle (coolitude et drôlitude => femme qui rit etc). On convient de se voir directement après le concert et lui de son côté bosse donc tant mieux.

On décide de se donner rendez-vous sur le pont Neuf (oui c’est bizarre mais ça a un côté cool je trouve) et on se dit OKLM => on avisera. Si ça se passe bien, ok on continuera, si on ne se plait pas… Pas de souci on se quittera. Au moins c’est clair et sans prise de tête et moi j’aime cette simplicité. J’ai juste besoin de ça ce soir.

Je quitte le concert et prends le métro direction le Pont Neuf pour rejoindre Paolo, mon casque sur les oreilles musique à fond, je me souviens j’écoutais Didier Barbelivien et Félix Gray.

giphy (6)

J’arrive sur le lieu du rendez-vous et je le vois au loin. Rareté à relever => je ne suis pas du tout étonnée de le voir. Bizarre cette sensation non ? Comme si on se connaissait déjà. Son physique est carrément fidèle à ses photos, en plus on s’était échangés nos comptes Instagram donc vraiment zéro mauvaise surprise concernant Paolo. Le gars est réglo : il porte une chemisette avec un imprimé Wax, un bermuda beige et des Vans. Il est vraiment trop chou Paolo décidément ❤ Il a une bonne tête. On décide de se trouver un bar dans le coin, on s’assoie et on commence à parler de tout et de rien. Il bosse dans un restaurant italien dans lequel il est chef, le gars a une spécialité => la pasta. Cliché ? Il a un accent très fort et fait beaucoup de fautes à l’oral, cliché ? Le mec passe son temps à mater mes einss et les autres nanas dans la rue, cliché ! Paolo c’est l’Italie à l’état pur, il est trop drôle. Drôle et bourré, comme moi. On a bu plus que de raison, on cumule à nous deux une bouteille de rosé et une demie bouteille de Vodka. Tu penses bien que je ne peux pas rentrer chez moi (ouuuuuuuuuh) et qu’il est temps de lever le camp.

Il me propose un truc que jamais j’aurais imaginé. Dans un club de discothèque de danse, truc que je ne foule plus depuis de nombreuses années. J’avoue qu’entre mes 16/23 ans, je ne faisais qu’aller en teuboi => Six Seven, L’Etoile, Les Planches, le 2.8.7, Bouddha bar, le Gibus, le Queen, l’Acropol, le Doobies, les Bains Douches, le Red Light, le Dupleix, le Triptyque, le Métropolis… Bordel, je suis sortie, j’avais la forme. Ah oui, si tu as mon âge certains noms de teuboi t’évoquent quelque chose en contrepartie toi cher Lecteur de -20 ans… Sorry not sorry, LES VRAIS SAVENT.

giphy (5)

A l’époque… Avec mes copines, on passait des heures et des heures à se préparer pour sortir. On partait danser au moins 2 fois par semaine et attention fallait pas qu’on sorte la même tenue au risque de se faire montrer du doigt (par qui ?! Mais on est tarées bordel). Mais on faisait super attention en plus, maquillées comme des reusta, talons de ouf, décolletés, coiffées genre Jacques Dessange, parfumées et tout le bordel. Sérieux, on était des Miss France quoi O_O. Je te jure je suis même tombée sur une photo prise aux Planches (shame je sais) ça date d’il y a si je ne me plante pas 16 ou 17 ans… =>

  • casquette de marin en laine (what 2 pac sérieux),
  • haut genre lycra brillant qui s’attache derrière le cou et froncé,
  • jean taille basse façon abusée et bien BIEN évasé à partir des genoux,
  • pochette de merde minuscule pour ton paquet de clopes que tu t’envoyais dans la soirée (on pouvait fumer à l’époque et on chlinguait la mort crois-moi le lendemain),
  • brushing façon Kelly Rowland des années passées
  • les classiques talons noir… BOUTS POINTUS ABUSES DE LAIDEUR
  • éternel gloss transparent qui ne sert à rien

D’ailleurs ma pote présente sur cette photo porte un tee-shirt J’adore Dior. Si c’est pour te dire qu’on était à la pointe. Donc remballe ton fou rire veux-tu.

Dit comme ça… J’avoue, ça fait plus Wings Club qu’autre chose et tu as raison. Ouèche ça va, je peux t’assurer qu’on envoyait du lourd grave. Quand on arrivait avec mes copines, on se la pétait quand même un peu. Si en plus on débarquait sur Crazy In Love, laisse tomber… Le pire c’est qu’on avait nos petites trousses avec du gloss à l’intérieur, genre pour faire une retouche beauté au cas où (au cas où rien tu parles).

Bref.

Tout ça pour te dire que je suis allée à la Concrète bourrée en Birkenstock avec Paolo.

Les temps changent putain. Les temps changent… Putain O_O.

A l’intérieur on a encore bu. Et puis encore et encore. J’ai un trou de mémoire car je sais même pas comment on a fait pour rentrer chez lui. Bref, quoi qu’il en soit je me souviens qu’on était allongés sur son lit à regarder un clip (oui oui je sais pas pourquoi moi non plus). Mais t’inquiète, j’ai eu ce que je voulais par la suite hein ❤ Oui parce que je te tiens en haleine fraîche depuis le début mais ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii oui bien évidemment qu’avec Paolo on a fait l’amour (pas baisé, je veux pas choquer mon lectorat). Si je m’en souviens ? Pas trop. Mais c’était pas top en tous cas… Tu sais, quand tu cumules les paramètres « pas top », c’est pas un souvenir de ouf au final. Evidemment les chances de tomber en osmose parfaite avec ton partenaire la 1ère nuit sont extrêmement minces. C’était pas une catastrophe mais c’était certainement pas oufissime. Mais j’ai noté l’endurance de mon partenaire et sa grande implication dans le don de soi.

Paolo est le genre de mec à ne pas vraiment avoir de retenue devant une meuf. Il est très décontracté. S’est instauré entre nous une grande complicité. On était comme une sorte de vieux couple. C’est comme si on se connaissait depuis des années. C’est à dire qu’une fois l’amour consommé (c’est beau) =>

Le gars se retire.

Il se lève.

Va se moucher.

Rote.

……………..

…………………………..

………………………………….

………………………………………….

………………………………………………..

Et pète.

\o/ Ben viva Italia \o/

Ouais.

O_O

giphy (8)

Ouais. Un bon gros pet post-coïtal. Le claquage de fesses. Gras qui plus est.

Jamais je n’avais été confrontée à plus détendu. Bien…. Bien bien bien bien bien bien…

Le seul truc que j’ai sorti à ce moment là a été : « Oh ? »

 

Ça m’a coupé direct. Tu penses bien. Alors après en toute honnêteté je suis pas le genre de nana à être outrée par un lâchage de perle, il m’en faut plus hein. Mais juste que… Bordel mec, un peu de retenue quoi ! Restons classe ! Restons glamour putain !!! Merde quoi !!!!

Bref. Cet épisode a eu l’effet d’un AVC auditif, j’ai sombré dans le sommeil juste après.

Confession Diam’s/Vitaa enclenchée : je t’en ai déjà un tantinet parlé mais j’ai un problème de taille dans la vie. 26 cm. Non je plaisante. En fait le truc c’est que je suis atteinte de parurésie. Et là tu te dis, c’est quoi encore son problème à deux balles ? La parurésie c’est le fait d’être carrément bloquée, stressée pour faire pipi. Dans un lieu inconnu ou dans le doute que quelqu’un n’entende, je peux pas faire pipi et je suis carrément bloquée. C’est assez difficile à gérer, surtout quand je ne suis pas chez moi, il m’arrive de ne pas pouvoir faire pipi pendant plusieurs heures. Du coup, avec la quantité d’alcool ingurgitée cette nuit j’ai la vessie qui est prête à exploser. Mais il m’est impossible d’aller uriner dans les toilettes chez Paolo. En plus sa colocataire dort, je la connais pas, je sais même pas où est la salle de bain. Bref, t’as compris, je suis en lutte permanente.

Quand je me réveille, c’est pas la lumière du jour mais l’envie pressante voire oppressante qui me tire du lit. Faut vite que je parte pour aller faire pipi chez moi. Ni une ni deux, c’est avec le mascara qui coule, un vieil ombré lips, les fringues qui puent et les cheveux attachés en palmier que je me retrouve dans la rue. Et c’est alors qu’un gros bad m’envahie… Problème de taille, je dois récupérer ma voiture. Garée à Boulogne. Je suis actuellement dans le 15ème. Fuck. Plus de batterie dans mon téléphone. FUCK. Pas accès à l’application Uber. F.U.U.U.U.U.U.U.U.U.U.U.U.C.K. Je trouve une grande avenue sur laquelle je croise un taxi. Je monte, le compteur est déjà à 9 euros => joie de vivre matinale. Je fouille dans mon sac, je n’ai que 12 euros en cash.

giphy (9)

Je suis dans le taxi. Des frissons d’envie de pisser me parcourent le corps tout entier, je sens que je ne vais pas pouvoir tenir très longtemps. Dans ces cas-là je tente par tous les moyens de penser à autre chose, sauf que ça ne fonctionne jamais. Mon corps n’est que sueurs froides, vite la maison. Vite mes toilettes. Vite. Pffffffffffffffffffffffffff, voyage au bout de l’enfer. Je tente quelques blagues, le chauffeur est compréhensif avec moi et me parle de tout et de rien, le trajet est rapide.

Quelques minutes plus tard : »Arrêtez-vous s’il vous plait, je vois un distributeur de billets!! » Et là la gentillesse des gens parfois me dépasse : »Non mais donnez-moi ce que vous avez, y’en a pour 21 euros mais c’est pas grave ! ». Oh. Ben ça alors ? Ben merci Monsieur le chauffeur de taxi. Il me conseille d’être prudente sur la route et de ne pas avoir une pensée pour lui quand je ferai pipi.

C’est en courant dans la rue et dans les escaliers que je vais enfin terminer cette soirée… Le pire moment ? Quand tu glisses bien évidemment ta clé dans la serrure. Les secondes sont une éternité. Une vie de Connor MacLeod en gros. Le soulagement sera un voyage vers le paradis de 54 secondes libératrices. J’ai pris une douche, je me suis couchée direct. Dure soirée, dur réveil.

 

J’en oublie de te parler de Paolo du coup \o/ Mon ami péteur \o/ Hé bien je l’ai revu, pour passer une soirée ensemble et c’était super cool… mais on n’a pas remis ça ! Et depuis, on se check une fois de temps en temps sur Instagram 🙂 Il a une nana qui a l’air trop chou, il continue de cuisiner les pastas et le poulpe ahaha Bref, tout va bien pour mon petit italien du 15ème 🙂

Chi sta bene con sè, sta bene con tutti.

❤ The show must go on ❤

Et pour moi non tutti i giorni sono uguali. Tu sais pas ce que ça veut dire ? Bah fais un copié collé feignasse.

 

8 réflexions sur “First date (25) : Paolo

  1. Fais gaffe, je commence à bien m’habituer à ce RDV du lundi, t’as pas intérêt à partir en vacances, ou perdre le rythme 🙂
    Et ça me fait bien rire les filles qui peuvent pas pisser ailleurs que chez elle. (D’ailleurs je savais même pas qu’il y avait un terme savant pour ça) ça doit pas être très pratique quand même !
    Bisette

    Aimé par 1 personne

    1. Bah écoute, j’arrive à garder le rythme pour une fois ! Mais je ne garantie rien pour les vacances héhé
      Je vais faire mon max pour écrire et préparer des articles 🙂

      Ahhhhhhhhhh ça te fait marrer hein !!!
      Dit comme ça oui je trouve ça ridicule, mais c’est carrément mon corps tout entier qui se bloque.. Bizarre… Mais au moins je ne suis pas la seule !

      Des bisous ❤

      J'aime

  2. J’adore!
    Je viens de vivre une énième déconvenue avec un italien… en lisant tes articles et ceux de mona, je suis rassurée…y a pas qu’à moi que ça arrive…mais bordel où va le monde ?
    Et pourquoi, pourquoi….les italiens me font ils tj vibrer ???

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s