Une histoire de règles.

C’est en écoutant l’album de Juliette Armanet que je t’écris aujourd’hui. Je suis remplie de romantisme et de sensibilité. Et aujourd’hui, j’ai mes règles. Article qui n’a strictement rien à voir avec l’ensemble du blog, j’en suis carrément consciente mais je sais pas, comme ici je suis la reine : je fais ce que je veux. Et le sujet me passionne, sache-le. Et puis tu le lis souvent sur le blog, j’ai l’impression d’avoir tout le temps mes règles.

Alors clairement, je suis le genre de meuf qui n’a pas de filtre avec le sujet. Je le dis quand je les ai parce que j’aime bien être en accord et raccord avec mon entourage. Pour plein de choses différentes. Ne serait-ce que pour savoir si y’a des serviettes hygiéniques autour de moi au cas où je serais en rade. Et puis c’est toujours cool de savoir si je les ai en même temps qu’une nana que je connais, bizarre à dire mais une sorte de lien né entre nous (bloody sisters).

Tout d’abord, je tiens à partager une planche BD hyper bien foutue qui m’a ouvert les yeux sur ce que sont les menstruations. Etant une meuf, je savais en gros ce que c’était, bien sûr. Mais en fait en lisant « Tu mourras moins bête » (je t’invite à aller acheter les bouquins et si t’es un gros crevard le blog suffit et même si t’es une grosse feignasse t’as la mini série sur Arte), j’ai appris certains trucs. Bref, les règles c’est ça :

carte

page01

page02

page03

page04

page05

page06

page07

page08

page09

page10

page11

page12

page13

page14

page15

page16

page17

Voilà, je remercie grandement Marion Montaigne qui explique clairement et simplement les choses (http://tumourrasmoinsbete.blogspot.fr/2012/04/vendredi-reglologie.html).

Mes règles et moi, ça n’a pas été tout le temps facile. Avec les années, j’ai appris à les apprivoiser, à laisser mon corps en paix pendant quelques jours. J’ai découvert que la vie allait être une grosse chouin avec moi vers 10 ans. J’ai pas capté ce qu’il s’est passé au début au fond de ma culotte… Pas forcément horrifiée, mais plutôt perdue. Dans un élan de tristesse et de sentiment d’abandon (fini l’enfance), je suis allée voir ma reum. Cette sainte m’a fait découvrir les joies des protections hygiéniques féminines => entends par là une fucking couche, une fucking pâte à cul => 1,50 à 2 cm d’épaisseur et autant de raideur inconfortable, vive les années 90. Tu te retrouves tendue dans ta culotte de petite fille, une page se tourne, fini l’insouciance. Bonjour PMS, acné, sous-vêtements tachés et autre stress mensuels. Un nouveau monde. Une histoire d’hormones qui va me pourrir la vie, du moins c’est ce que j’ai pensé pendant pas moins de 25 ans.

giphy

Coucou c’est les règles.

J’ai tout essayé… serviettes et autres tampons. D’ailleurs sache qu’il existe 2 catégories de femmes : la team serviette ou la team tampon. That’s life les amis, j’ai compris le fonctionnement d’un tampon à 34 ans. Oui oui. Pendant presque 25 ans j’avais jamais su comment faire. Il a fallut qu’on me montre (je remercie ma sage-femme -cette sainte elle aussi- pour la démo technique). Bref. C’est à l’âge d’une dizaine d’années que s’offre à moi la lourde tâche de devoir expliquer que j’ai mes règles à mes potes qui me posent des questions et m’affichent grave. Tout ça parce qu’un jour je me suis faite griller par un gars, une serviette sortait de mon cartable « HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN T’AS TES REGLES PUTAIN » =>TG steuplé TG (-_-‘)

Et c’est là que tu te rends compte que la vie est une pute avec toi quand t’as à peine 10 ans. Tu viens de rentrer au collège, t’as une réputation à te faire et à tenir, des potes à garder => sache qu’à cette période de ta vie les adolescents sont des gros cons. Mais que dis-je… Les adolescents ? Que nenni cher lecteur. L’homme reste un con à vie. Oui, c’est purement la vérité vraie qui s’avère véritable. L’homme reste un con à vie sur le sujet des règles. Le sujet des menstruations est inconnu pour la plupart des hommes (je reviens légèrement sur mes dires juste au-dessus, évidemment que les hommes ne sont pas TOUS ignares sur le sujet), je m’en rends compte presque tous les jours. Soit c’est le dégoût total, soit c’est des réflexions misogynes. D’ailleurs je cite mon chef « Bah alors… Kessta à râler… T’as tes règles ou quoi ? » => Non chef, t’es juste un peu con, règles ou pas règles ça ne changera pas. Quand un plan cul me relance mais que non, sorry baby lova, je peux pas ce weekend parce que j’ai mes règles et que je meurs de souffrance physique « Ahhhhhhhhhhh dégueulasse.. Ouais bah ça va, on se voit une prochaine fois » => Ouais finalement je suis pas si sûre de mon côté, imbécile va.

En 25 ans de règles, j’ai évolué. Je connais mon corps par cœur, je peux même te dire à l’heure près quand j’ovule, de quel côté, à la minute près quand mes règles vont arriver. Je les avais en horreur quand j’étais ado => 7 à 8 jours de souffrance non-stop, de flux bien violent sa race, je tuais un pack jumbo spécial goodnight en quelques jours. Un cauchemar. Les draps souillés, les sous-vêtements flingués, une hantise. Sans compter le bruit et la sensation du frottement de la serviette, une sorte de sac poubelle accroché à ton fion en permanence.

giphy (1)

Et mes souvenirs sont encore frais je te jure.

Au lycée, un épisode traumatisant de ma vie de règles me rappelle à quel point c’était dur  => le déshonneur s’est abattu sur moi alors que j’étais en cours. Assise OKLM sur ma chaise qui avait elle-même une assise en bois => le bois ça absorbe mais pas totalement. Bloquée 2 heures dans une salle de classe. En automne. Entre 15.00 et 17.00, cours interminable. Pas trop moyen de sortir de peur de LA TACHE. Parce que (et là je m’adresse aux meufs) tu le sais.. tu le sens quand le mode vénère du 2 ème jour est enclenché. Heureusement, j’ai attendu que l’ensemble de la classe se barre et je me suis retrouvée avec 2 copines, honteuse, ne sachant pas quoi faire. Ouais, honteuse. C’est facile, j’ai flingué mon cargo kaki genre skateuse (mais ne sachant pas en faire, c’était juste pour le style). Partout, un carnage. Le séant ensanglanté. L’équivalent de 24 coups de couteau dans le cul. J’avais froid, il pleuvait, j’ai mis mon manteau autour de mes hanches pour masquer tout ça. En me détestant, en détestant mon corps… Je suis rentrée en mode crade chez mes parents. Bien évidemment c’est le seul jour de l’année où tu oublies tes clés et tu attends comme une con sur les escaliers en mode solitude extrême, dans le vent et la flotte. Pendant un sacré moment. Alors que t’as qu’une fucking envie => te jeter sur ton plumard en mode princesse Disney en chialant et en détestant ta vie. Le déshonneur je te dis.

1

Je fais partie de cette triste caste qui a eue droit à des menstruations de type Niagara, pendant une semaine non-stop. Je dis « j’ai eu droit » car aujourd’hui, approchant les 35 ans et ayant une ancienneté de 25 ans de règles, c’est fini. Je me répète mais la vie est parfois une pute. Elle te rend femme à 10 ans mais elle te rend périmée à -40 ans. Mes règles durent 2 jours maintenant. C’est assez difficile à dire mais… Je me sens vieillir. Je me sens changer. Mes PMS ne sont plus aussi violents qu’auparavant. Et là, tu me demandes : mais que sont les PMS Matka ? Les PMS sont ce que l’on appelle plus couramment les Syndromes PréMenstruels. Tu deviens, enfin je parle surtout pour moi, je deviens une sorte de dragon de feu avant d’avoir mes règles. Marion Montaigne l’explique très bien dans sa bande dessinée, tout n’est que question d’hormones. Ton corps te fait une guerre ouverte contre toi-même, t’en as même des tanks à la place des pupilles. Vraiment, je suis à fleur de peau, ultra sensible (alors que par pitié je le suis déjà de nature), le moindre regard des autres n’est qu’agression, j’ai une boule de nerfs au niveau du bide (genre comme une sorte d’œil de Sauron tu vois, y’a des trucs qui bougent, y’a du feu dedans, le feu de l’enfer), j’ai mal dans mon corps -courbatures dans le dos, dans le ventre, dans les cuisses, maux de tête, fièvre, fatigue extrême-… Bref, mes PMS c’est de la violence pure et dure. Et encore, je ne suis pas « trop » à plaindre car j’ai une copine qui elle a une chiasse de l’enfer quand elle a ses règles, une autre a des migraines tellement violentes qu’elle s’enferme chez elle pendant 3 jours… Et en parallèle j’ai des copines qui elles ont le bol immense de ne rien ressentir. Les mecs sérieusement, vous ne pouvez pas imaginer ce que notre corps nous inflige. D’ailleurs, je t’ai déjà parlé de mes PMS, je suis dans un tel état de désespoir corporel et moral que je fais même des grosses conneries. Mais siiiiiiiiii, souviens-toi, je suis le genre de meuf en détresse totale, je suis dans le chagrin permanent et ma vie c’est de la merde => Ben en a fait les frais. D’ailleurs j’avais également parlé de mes cycles hormonaux ici. Bordel, j’en raconte des trucs en fait. Je viens de relire cet article (putain, si je ne me connaissais pas je me kifferais tellement, je me traiterais comme une reine même au réveil) que je trouve fort bien expliqué sur mes tendances morbides => mais putain, pourquoi en 2017 doit-on encore faire les frais des variations hormonales ?

Sérieux, c’est pas juste oufissime ?

Mais si. C’est juste ouf. Devoir également déposer un bout de coton au fond de sa culotte ou à l’intérieur de sa teucha, ça me parait juste être un geste super hors du temps. J’aimerais une avancée pour révolutionner le quotidien de millions de femmes, enfin surtout la mienne. Ce serait comme le passage du papier toilette => aux 3 coquillages. Tu vois, genre ère du Jurassique vs le turfu. Y’a même une nana qui se plaignait en disant (en gros) « Si les règles étaient une histoire d’hommes, y’a longtemps qu’on aurait trouvé une solution, on aurait foutu les chercheurs de la NASA dessus ». Hé ouais… Mais non, les règles sont une histoire de femmes, laissons-nous nous démerder. Les femmes subissent les lois de la nature et de la législation : elles doivent payer une taxe sur les protections hygiéniques. Mais elles doivent bien sûr faire avec des compositions scandaleuses dans les tampons et serviettes => article fort intéressant sur Marie Claire (http://www.marieclaire.fr/tampons-hygieniques-endometriose,1135717.asp) et voici l’étude de 60 millions de consommateurs. Du coup, endométriose, mycoses, infection vaginale et autres … on pourrait repenser à tout ça non ?Parce que plus sérieusement, si mon tampon ou ma pâte à cul était de couleur beige/marron car non traités, moi perso… je m’en fous, je vais tuer le truc en quelques secondes. Qu’est- ce que je m’en balance que ce ne soit pas blanc et qui le voit ? Tu me diras, pour éviter tout ça je peux opter pour la coupe menstruelle => dois-je te rappeler que je viens de découvrir les tampons (bio) et que non, je ne suis pas prête psychologiquement à passer à ce stade super méga avancé qu’est la coupe. Je suis une nana old-school dans tous les sens du terme. Suis gauche et pas douée, non vraiment, c’est pas fait pour moi. Non vraiment, il faudrait repenser à un truc… J’en sais rien, mais en tous cas pas d’hormones artificielles pour couper mes règles. Non non non non non puissance 2 milliards. J’en ai fini. J’ai eu de longues années de souffrance corporelle due à la pilule et aux stérilets. D’ailleurs, j’ai des histoires de OUF à raconter avec mes stérilets. Bref, tout ça c’est derrière moi. Mes PMS sont bien moins violents depuis que je suis au 100% naturel, je laisse mon corps TRKL, il est au repos et ça lui fait du bien. Et moi je suis en totale paix avec moi-même.

D’ailleurs, je vais revenir une fois de plus sur la planche de Marion, car il s’est passé un truc super marrant le mois dernier. Ma copine Yve et moi, nous sommes extrêmement proches toutes les deux. On avait un décalage dans la date de nos règles. Rien de ouf tu penseras et tu as raison d’ailleurs car bien entendu y’a des choses tellement plus intéressantes dans la vie. Surtout dans la tienne. Hé bien figure-toi que j’ai eu 4 jours d’avance (si tu lis bien, tu sauras que je suis très attentive à mon corps et surtout, je suis réglée comme une horloge). 4 jours d’avance, c’est juste énorme. Bah ma pote a eu 3 jours de retard => je te le donne en mille => nous avons été réglées à la minute près elle et moi. Coïncidence ? J’en sais foutrement rien, quoi qu’il en soit, je me suis penchée sur le fameux effet McClintock que je trouve juste hallucinant de dinguerie. Le corps humain toussa. Moi ça me tue.

Bref, je t’apprends pas grand chose avec mon article mais j’avais un peu envie d’en parler. D’ailleurs j’ai vu il n’y a pas si longtemps qu’une marque a enfin pris l’excellente décision d’en finir avec les liquides bleus de démonstration pour leur publicité. Bonne chose ça (http://www.madmoizelle.com/pub-serviettes-hygieniques-sang-844693). Ce serait cool que tout le monde soit détendu sur le sujet.

En attendant je suis pas en forme.  Cette livraison de mots que j’ai sur le cœur, j’ai juste envie de chanter du Laura Pausini sous la pluie, mains tendues vers le ciel, mascara qui coule, tee-shirt blanc mouillé et tétons durs (ça c’est pour mon lectorat masculin).  Mais pour de vrai, je m’en vais mourir sur mon canapé Ikéa, roulée en PLS en regardant une comédie romantique en mangeant des bonbons. Car sache que j’ai encore fait de la merde avec des mecs dernièrement avec mes PMS. Et je suis en train de me remettre GRAVE en question. D’ailleurs je me rends compte de pas mal de trucs, j’ouvre les yeux sur le comportement de tarée que je peux avoir (parfois). Du coup je répare mes erreurs et je fais des trucs NORMAUX. Je te jure. Des trucs normaux avec un mec gentil et normal. Je t’en parle prochainement.

Je vais changer ma couche tiens.

 

 

5 réflexions sur “Une histoire de règles.

  1. Ton article me parle tellement !

    J’ai eu mes règles à 13 ans, dans une famille de femmes, j’ai 3 sœurs. Et on n’avait toutes nos règles en même temps, haha mes pauvres frères. C’est un sujet hyper tabou dans ma culture. On n’en parle pas. Ce sont des choses de femmes, faut pas en parler.
    J’ai des souvenirs de PMS horribles ado, une fois je n’ai pas pu me lever, paralysée dans mon lit, les migraines aussi. J’ai connu comme toi moultes accidents -_- en classe, chez des potes … Joie, bonheur, toussa …
    Aujourd’hui je vieillie, un stérilet et presque plus de règles mais toujours ces fucking PMS #miskinmonmari

    Merci pour ton article baby et je t’envoie une énorme câlin xo

    Aimé par 1 personne

  2. Ma bloody sister!

    La fameuse pâte à cul de son tout premier jour de règles… L’horreur! J’en garde un souvenir gênant…

    Le lectorat masculin sait à quoi s’en tenir! En parlant des hommes, certains sont écoeurés mais d’autres s’en moquent!
    J’avais repoussé un date parce que j’avais mes règles, le mec me dit « et alors? » Donc je lui explique que si on passe à l’acte j’ai pas envie de laisser une scène de crime derrière…
    Le mec me répond : pas gênant, on fera ça dans la douche!!!
    Personnellement c’est pas un truc que je fais, voir le sang couler entre les jambes dans la douche ou la baignoire, ça me refroidit!

    Bisous sanglant mon amour!

    #thèmehalloween

    Aimé par 1 personne

    1. Putain mais oui, je suis dans le thème cette semaine bordel ! Quel génie.

      Ouais, autant y’a des mecs qui s’en foutent, autant y’a des gars qui devraient se détendre un peu sur le sujet, limite ils arrivent à te faire culpabiliser d’être normale !

      Bisous my bloody sis <"

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s