« J’ai pas eu les couilles de partir direct » par Vico

Vico m’a envoyé un mail = un délice de lecture les amis. Elle n’a pas eu de bol mais sans déconner, c’est tellement un bonheur à lire. Merci Vico pour ce récit ❤

Check this out baby love

 


« Ahah je suis tombée sur ton appel à témoignage et j’ai pas résisté à l’envie de te livrer le date le plus foireux de ma life… mais genre vraiment, j’ai eu envie d’appeler la mère (et le père) du mec pour leur signaler qu’il y avait un truc de raté là…

Eté 2017, fraîchement célibataire avec presque 6 ans sous cloche, autant dire que jsuis grave en chien et j’enchaîne plein de rencards. J’avais matché avec ce Hugo sur Happn, et il était beau sur ses photos, un brun ténébreux au regard profond, étudiant en cinéma donc un peu artistou. On discute vite fait, il a l’air cool, je suis tellement avide que je lui propose qu’on se voie direct ce soir. En fait il se trouve qu’il habite à Massy Palaiseau, que je suis dans le 5ème, il est 23 heures donc bon flemme. Pas envie de me retrouver coincée loin de tout dans l’appart d’un gars qui finalement pourrait ne rien me dire. On continue quand même à discuter et je sens un peu pointer la chelouitude du mec. Faut savoir que sur une de mes photos je porte un K-way et il me fait une réflexion un peu nazebroque en mode « J’espère que quand on se verra tu mettras autre chose qu’un vieux K-way ! » Bon je le rembarre gentiment en lui disant qu’il ne s’attende pas à ce que je sois sur mon 31 (je suis dans la même team que Matka à ce niveau) et que mon K-way me plaît et fait le taff. Et il me répond (jm’en souviens tellement j’ai trouvé cette réplique nulle) : « Certes, mais il ne correspond sans doute pas au dessein d’être élégante ». Alors déjà, gars, j’ai fait mes humanités, prépa & master de lettres, les jolis mots ça m’impressionne pas. Ça a même l’effet inverse, je déteste le snobisme littéraire. Pour dire, mon amoureux depuis presque un an (Dieu l’ait en sa sainte garde, Mathieu jtm), c’est un musicien footeux qui fait une faute quasi à chaque mot (et qui écrit en phonétique à ses potes… Avec moi il fait un effort. Il est trop chou. Je l’aime) et je m’en branle total. Donc bon. Ensuite, les mecs qui accordent trop d’importance à l’élégance chez une femme, voire qui la considèrent comme un attribut intrinsèque de la gent féminine, comment dire… Je trouve que ça pue le vieux mec. Genre ça craint. Mais bon, je ne me formalise pas plus que ça. On en était restés plus ou moins là pour ce soir.

10 jours + tard, je suis en terrasse à me rafraîchir le gosier avec des koupains. J’étais tellement dans la shinance la plus totale ! Il faisait un temps radieux, je venais précisément, y’a 2 jours, de choper le numéro de Mathieu (oui mon love actuel c’est un crush de la vraie vie, pas un plan Tinder ! Je l’ai abordé dans le bar où il travaillait comme serveur, ça faisait des mois que je bavais sur son boule, je suis méga fière de cette histoire) et on devait se revoir bientôt ; et enfin, la veille j’avais revu un super plan cul avec qui l’alchimie sexuelle fonctionnait vraiment bien, bref j’étais sur une bonne lancée. J’étais chaud. Je sentais que je dégageais cette énergie spéciale qui peut te faire avoir qui tu veux.

Et j’avais envie de ken.

Seth Rogen Jewish GIF-downsized_large

Je reviens donc vers ledit Hugo, en mode « Bon il a l’air chiant mais laissons-lui une seconde chance ». Il me répond qu’il sera libre à la fin d’un tournage, genre vers minuit et demi, et que lui et toute l’équipe vont fêter ça dans le 6ème : il m’invite à les rejoindre. Soit. On se donne rdv à Odéon, j’étais à Cardinal Lemoine, sava c’est pas loin loin. Déjà il était un peu relou, insistant, un peu graveleux même, mais bon, je suis esclave de mes hormones, je le confesse, je décide déjà de passer sur tous ses côtés relous pour me concentrer sur sa teub. Faites qu’elle ne soit pas trop petite, please, c’est tout ce que je demande.

Je bouge donc jusqu’à Odéon vers minuit, et là : saoulage. J’essaie de l’appeler en sortant du métro pour savoir quelle sortie prendre (tmtc Odéon c’est pas les Halles mais j’aime bien prendre la bonne sortie), il répond pas, et quand il répond il me donne mille infos contradictoires et pas claires qui me servent à rien. Type : « Tu vois telle rue obscure avec un bar avec une devanture verte ? Bah tu contournes et là tu prends à gauche et… » NAN STOP déjà j’ai bougé mon uc sur deux lignes de métro donc la moindre des choses c’est que tu marches 5 minutes depuis ton bar pour venir me chercher ! Jsais ap j’ai trouvé ça malpoli. D’habitude je suis patiente, vraiment je suis une meuf cool. Honnêtement. Le truc c’est qu’avec le coco ma jauge de patience déjà était épuisée parce que je savais que mentalement on n’allait pas se correspondre. Son humour ne me plaisait pas, ni sa manière de parler, ni ce que je devinais de sa manière de penser, donc bon pas de cadeau. Je lui demande sèchement de venir. Bon, il bouge son cul, d’accord, mais à grands renforts de petites vannes piquantes (« Dis donc, t’as pas trop le sens de l’orientation ahah » « Si t’as mis ton kway je vais te repérer de loin lol ») ; et quand j’ai eu le malheur de lui dire « Mais mec… » il me coupe en m’imitant « mAiS mEc »……. genre…… déjà à ce moment-là je regrettais profondément.

Il me prévient qu’il est bourré et qu’on sera avec ses potes qui fêtent la fin du tournage, bon ça me dérange pas fondamentalement, moi aussi jsuis un peu pétée, limite ça nous mettra à l’aise. Et je sens que j’en aurai besoin…

Je sors du métro, je me repère 2 minutes, et là il surgit à côté de moi.

Et là.

Mais quelle déception mes enfants.

Ce qui me faisait tenir c’était quand même le fait que sur ses photos il était très mignon. A l’époque, je m’en fichais de la connexion mentale (depuis j’ai grave changé d’avis sur la question), après avoir passé 5 ans et demi avec un mec adorable mais pas terrible (alors que je suis plutôt begette, j’ai pas honte de le dire) (big up Pierre merci pour cette belle relation mais à la fin j’en pouvais plus) je voulais juste me taper du BEAU MÂLE. Et Hugo me semblait remplir ce critère. Donc je me disais qu’au pire je lui ferai fermer sa bouche en lui roulant des pelles. Et comment te dire qu’au moment où je l’ai vu, j’aurais préféré avaler ma propre langue que d’avoir la sienne dans ma bouche. Il était assez grand, mais avec la gueule de traviole (je jure qu’il y avait un sérieux pb de symétrie, je saurais pas dire quoi mais c’était bancal), des cheveux qui partaient DANS TOUS LES SENS type Raphael Descraques mais en pas du tout craquant voire même super moche (j’adore Raph), des ptits yeux en trous de pine et des dents jaunes mal plantées. Genre un laideron. En plus : chemise bleu layette et pantalon à pinces rouge brique. Nan. Mais nan. Avec son teint pâle de babtou, ça faisait vraiment le drapeau français. Et je suis pas très patriote. J’ai compris que le gars, école de ciné oblige, devait avoir plein de potos photographes avec du bons matos qui avaient rendu sa face désirable. Maintenant je sais me méfier des photos trop pro !!!

Kissing Seth Rogen GIF-downsized_large.gif

Ajoutons à cela le regard glauki et vaseux d’un mec qui a trop picolé, voilà un portrait fidèlement repoussant. Mais j’ai pas eu les couilles de partir direct. J’aurais tellement dû, parce que je savais que jamais j’allais coucher avec, même avec la plus dure des drogues dans les veines. Mais nan, je débloque un sourire qui vient de je ne sais où, et je me retrouve à le suivre dans les rues du 6ème, direction : le bar où toute l’équipe s’enjaillait.

Le truc un brin hallucinant, quand même, c’est que le mec n’a pas arrêté de me balancer des piques tout le long. Je crois que c’était la seule façon qu’il avait d’aborder les meufs, et que c’était son humour en général. Mais alors s’il en est à ce degré d’immaturité à 27 ans, bah putain… Parce que, vraiment, j’adore la vanne et c’est aussi un de mes genre d’humour favori, mais quand même, un peu d’adaptation merde ! Tu fais pas ça à une meuf que tu viens à peine de rencontrer et que t’emmènes dans une soirée totalement inconnue. Faut être un minimum jontil et rassurant, et montrer que t’es content qu’elle soit là. La base nan ? Genre, on passe à côté d’un bar, et deux trois personnes nous hèlent en se marrant -> j’ai forcément cru que c’était ses potes et le bar en question (logique me semble ?). Et le mec : se fout grassement de ma gueule. « Mais nan ahahah c’est pas là mdr lol tu vas faire le coup à chaque fois ? » MDRRRR MAIS TG DEJA SOIS HONORE QUE JE MARCHE A TES COTES JE POURRAIS CROISER UNE CONNAISSANCE ET LA MON EGO TOMBERAIT AU PLUS BAS bref j’étais V E N E R

On arrive finalement au bar, bondé de gens inconnus donc. Là, déjà, je suis pas au top : je regrette d’avoir bougé, le mec me tente pas, pas envie de parler à tous ses potes, ils sont tous bourrés et j’ai dessoûlé, bref : le malaise me gagne. Besoin de me recentrer un peu, de me redonner une contenance. Je commence donc à me rouler une clope. Ce qui fait ouvertement chier Hugo. Mais je m’en balance. D’habitude je peux faire un effort pour les non-fumeurs, mais là c’est une question de survie, et je trouve super nul qu’il ne le comprenne pas. Bordel, je suis coincée dans TON territoire gars, un territoire inconnu, et j’ai pas la moindre envie de toi !

Sur ce, un de ses potes sort la tête du bar, il a l’air un peu cool et souriant et tout. Un super pote de Hugo. Il lui demande qui je suis. Hugo. qui. donc. me. présente. comme :

« une meuf Tinder »

Seth Rogen Middle Finger GIF-downsized_large

Alors déjà, on a matché sur Happn. Huhu. Simple détail. Et sinon, je suis une personne entière, je possède un prénom, une humanité. Je suis pas une chose, et si tu veux me baiser, tu pourrais au moins faire mine de te rappeler comment je m’appelle, faire au moins semblant d’avoir prêté attention au 1er truc que tu demandes à un autre être humain : comment il s’appelle. Je sais pas, je trouve qu’on peut pas faire pire dans le domaine de l’irrespect en fait. Moi-même, depuis le début de ce récit, je l’appelle par son prénom, ce qui est déjà lui faire trop d’honneur. C’est la base des bases. Je me suis sentie littéralement humiliée. Rabaissée plus bas que terre par un mec même pas assez bien pour lécher mes semelles après que j’ai marché dans la merde. J’aurais dû lui écraser mon mégot dans l’œil. Mais putain MOI je suis trop bien élevée. My god, quel fdp.

Et après ça, tout simplement, le mec va retrouver ses potes à l’intérieur et me plante devant le bar en me disant qu’il revient. Ouais c’est ça casse-toi, moi je finis ma clope. Son pote, qui a décidément bien plus de savoir-vivre, reste un peu pour me faire la conversation. Il me dit que j’ai de la chance d’être tombé sur Hugo, que ce mec est énorme, machin chose. Laisse-moi lâcher un gros MDR. Je sens ma bouche se tordre en un rictus incrédule (minute littéraire). A ce moment j’ai sérieusement considéré pécho le poto d’Hugo rien que pour lui foutre bien le seum.

Mais :

1) J’aime pas non plus utiliser les gens comme de vulgaires outils pour mon ego

2) Il était chauve et ça, c’est rédhibitoire. Désolée. Il me fait du veuch à caresser amoureusement, des mèches folles, des boucles romantiques, de la tignasse à renifler. Je suis amoureuse de ça.

Ensuite il part, un autre gars sort, rentre, laisse une guitare que je me dévoue pour surveiller 5 minutes, je sais plus trop c’est un peu le bordel. Je me retrouve à parler avec un étranger bourré et perdu qui cherche ses amis et me demande par où est le boulevard Saint Germain. Ça devient vraiment n’importe quoi cette soirée… ça m’énerve… Je sais vraiment pas pourquoi je reste. C’était le début de mes dates, je crois qu’il me restait encore vraiment trop de bonnes manières.

Seth Rogen Spitting GIF-downsized_large

Mais c’est alors qu’on atteint un autre sommet. Là, c’est carrément de peur qu’on parle. Toujours à l’entrée du bar, un vieil Espagnol tout ratatiné passe, et me fait une œillade cochonne absolument dégueulasse, bref c’est le détail qui me décide à partir. Je rentre donc à sa suite dans le bar, je cherche des yeux Hugo pour lui dire que je me casse (mais pourquoi ressentais-je le besoin de l’en informer ??? Trop bien éduquée c’est pas possible). Je le vois, de dos, je viens lui taper sur l’épaule (notons à quel point il s’en battait les couilles de moi quand même), et là j’ai pas compris ce qui s’est passé : je me suis fait embarquer dans une grosse holà par lui et ses potes, et me suis retrouvée écrasée contre le comptoir, devant le vieil Espagnol qui s’est révélé être le barman, donc. Il prépare un shot enflammé et je l’entends dire à son collègue (il avait un accent mais je suis sûre de m’être pas gourée) : « la petite Asiatique là, je vais la tuer ». La petite Asiatique, oui pas de doute c’est moi, 1m51 et française-vietnamienne-chinoise. Ok ok, déjà que j’étais pas à l’aise, là j’ai carrément l’impression d’être en milieu hostile et de lutter pour ma life. Mon cerveau reptilien se réactive. Cette soirée, c’est un condensé de malaise absolu, alors que vraiment jsuis pas impressionnable socialement. Tout le monde (une foule de personnes que j’ai jamais vu de ma life, je rappelle !) me pousse à le prendre en mode « Bois ! Bois ! », le vieux mec me prend la main et met le shot dedans, j’ai une poussée d’adrénaline tellement ces gens sont tous chelou et me mettent le seum… Je le rembarre d’un « NON » vraiment hyper sec et sérieux, insistance, re-NON, et là une meuf capte que je rigole pas (merci à elle). Elle fait « oui non mais laissez-la tranquille, je le prends moi le shot », et jpeux enfin m’échapper hors de ce comptoir de l’angoisse.

Scared Seth Rogen GIF by NEIGHBORS-downsized_large

Je respire, je me ramasse un peu, je me re-roule une clope pour donner le change. Hugo m’a déjà re-zappée. Un autre de ses potes vient me voir, et là aïe aïe aïe misère de misère, on sent le gars qui a dû parler à 2 filles dans sa vie (et c’était probablement sa mère et sa soeur). Il bredouille et tout.

« Et euh donc tu l’as rencontré où Hugo ?

– Euh bah, une appli.

– Ah et… ça marche bien ?

– Qu’est-ce que tu veux dire ?

– Bah euh en général, ça donne quoi ces appli ?

– Bah ça dépend, des fois ça se passe bien, et des fois, comme ce soir, je t’avoue que je kiffe pas trop. »

Sur ce je plante mister puceau et, cigarette au coin de la bouche, vais notifier mon départ à Hugo. Oui j’ai arrêté d’essayer de comprendre pourquoi je me raccrochais à ces notions de respect élémentaire….. vraiment….. je me culpabilise pas du tout, des fois on est vraiment prisonnier de nos bonnes manières.

Je lui tapote l’épaule, il se retourne, je lui dis que je m’en vais, il prend un air déçu. Oui ! Genre, il est surpris que je ne me plaise pas en sa charmante compagnie ! MDR. Il me demande de rester encore un peu, vraiment je comprends pas. Je crois qu’il est tout simplement trop saoul pour gérer ET ses potes ET une meuf en même temps, qu’il a vu trop gros pour la soirée, qu’il est du-per. Mais je m’en tape. Il est encore en train d’essayer de me convaincre quand il remarque ma clope, et là, dernier scud :

« Han dis donc, tu fumes à l’intérieur ?? Tu sais que c’est interdit ? »

Smoker GIF-downsized_large

Mdr nan mais là lol c’est bon, j’ai enfin compris que ça servait à rien de se gêner avec ce genre de chameau, j’ai tourné les talons et jsuis rentrée direct. A pieds évidemment, puisqu’il était 2 heures. J’ai marché une bonne demie-heure, mais tant mieux parce que je fulminais tellement.

Heureusement 2 jours après j’avais mon 1er date avec Mathieu, un garçon d’une perfection qui ne s’est que très peu démentie depuis un an.

Donc tout est bien qui finit bien <3″


Si toi aussi tu veux apporter ta petite touche témoignage, n’hésite pas à me laisser un mail : youngmatkablog@gmail.com

Toute histoire est bonne à être partagée !

On se fera un plaiz de te lire ❤

 

9 réflexions sur “« J’ai pas eu les couilles de partir direct » par Vico

  1. Putain, trop l’seum d’être un mec génial et maqué 😣
    En fait ça sert à rien de baisser la lunette des toilettes après pipi, d’offrir des fleurs ou d’attendre que madame ait 10 orgasmes avant de lâcher son minou.
    Il suffit de boire des bières et d’avoir une teub pour serrer d’la bonasse 😭
    … trop tard.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s