Mycoses, infections… Comment s’en sortir.

J’ai déjà abordé le sujet épineux et très sensible des problèmes gynécologiques, c’était dans l’article « First date » avec Ben.

Je n’y suis pas allée de main morte rappelle-toi. Je t’invite à relire mes écrits, on sent bien que j’en ai chié. A l’époque je prenais des probiotiques, mais ils n’étaient pas assez puissants. Idem pour l’huile essentielle d’arbre à thé, sur le coup j’étais soulagée mais mes problèmes n’étaient pas complètement résolus.

Aujourd’hui, billet spécial pour toutes celles qui en chient.

Petit rappel, en fait non, ce n’est pas du tout un rappel, mais je vais te raconter comment je me suis réellement soignée. Aujourd’hui, cela fait plusieurs mois que je suis enfin TRANQUILLE. Donc si ça t’intéresse pas, passe ton chemin mec. Et idem, y’a des chanceuses qui jamais de leur vie n’ont été touchées par tout ça, bah je suis bien contente pour vous mais je m’en fous.

Je le sais, je ne suis pas la seule à avoir des problèmes de ce genre. Le seul truc c’est que c’est du domaine de l’intime ce qui fait qu’on a un peu la teuhon d’en parler. On reste seule dans notre douleur et notre souffrance. Moi c’est mon cas. Pas réellement envie de dire à mon keum : arf non pas ce soir, j’ai une mycose de l’enfer. Idem au bureau, c’est toujours touchy d’avouer à sa collègue que rester assise des heures est une torture.

h9

A toi lectrice qui a des sueurs froides quand tu vois le fond de ta culotte. A toi la silencieuse qui se sent alone face à tous les traitements lourds qui annoncent une récidive chaque mois. A toi la femme qui se sent démunie, j’ai des conseils et surtout des solutions.

Sans déconner, si j’y suis arrivée, tout le monde peut s’en sortir. PROMIS. Et crois-moi, je suis une rescapée du problème. Oh oui crois-moi que j’en ai chié pendant des années et des années sans trouver la solution à mon problème. Des rendez-vous en urgence chez le gynécologue, dermatologue, sage femme et généraliste. A un moment, faut se poser la question… C’est quoi qui cloche ?

Tout d’abord, il faut savoir que le vagin peut être malade : c’est ce que l’on appelle plus communément une vaginite. Ce terme abrite plusieurs maux distincts : l’infection vaginale, la mycose vaginale ou encore les IST (Infections Sexuellement Transmissibles). Il faut également savoir que pratiquement toutes les femmes sont touchées par la vaginite au cours de leurs vies. Donc… Bah autant en parler non ? Bordel de merde.

Retiens que :

La mycose c’est les champignons. L’infection, c’est les bactéries.

Comment différencier une mycose d’une infection vaginale ? 

 

Une mycose

Ne sent pas. Une mycose se caractérise par des démangeaisons à la vulve, sur les grandes lèvres, à l’intérieur du vagin, brûlures, picotements, sensations de battements de cœur,  mais surtout ça gratte bordel. Plus tu grattes, plus ça gonfle, plus ça fait mal, plus les muqueuses rougissent, saignent parfois et rendent les rapports douloureux. Le signe qui ne trompe pas c’est aussi les pertes. Elles sont blanches avec un aspect… que je qualifierais de miettes de pain, de grumeaux. Ou de lait caillé. Tu vois le truc ? Dans tous les cas, des pertes de ce genre, quand on en a, on sait tout de suite que ce n’est pas normal. Comme des bouts de peau qui tombent de ta nenette. Et surtout, une mycose ne donne pas d’odeur chelou de la chatte ! C’est ça qui est important, la mycose ne sent pas !

La flore vaginale est très fragile, lorsqu’une mycose est installée c’est que l’équilibre de la flore est déstabilisé => les Candida albicans (c’est eux les fautifs la plupart du temps) colonisent de manière excessive la flore et boum. Ça fait des Chocapics.

Il suffit de peu pour que la flore soit déséquilibrée :

  • prise d’antibiotiques (qui fout en l’air la flore intestinale => t’as la chiasse de ouf et en prime tu sais que la mycose va bientôt arriver),
  • on décape trop !! A trop se laver, on tue la flore,
  • les préservatifs au latex,
  • les corticoïdes,
  • trop de tabac,
  • changement hormonal : une grossesse/accouchement peut être un facteur déclencheur de mycose tout comme la ménopause,
  • chez certaines, le port de certaines serviettes hygiéniques et tampons,
  • mais aussi forte chaleur, coup de stress, choc émotionnel, grosse fatigue, garder son maillot de bain humide trop longtemps…

giphy1

 

L’infection vaginale (ou vaginose bactérienne)

On s’en rend très vite compte : on pue de la chatte. Mais on pue puissance 2 milliards hein, je déconne pas quand je te dis ça. Sentir mauvais de l’entre-jambe c’est pas normal. Y’a forcément une odeur qui te caractérise mais celle du poisson pourri ou autre truc nauséabond : ce n’est pas normal. Les pertes lors d’une infection seront d’une couleur verdâtre, grisâtre, parfois même ces pertes ont un aspect mousseux, elles peuvent être aussi très liquides et abondantes. Et ça je peux t’assurer que quand ça arrive, ça n’a rien de rassurant.

Encore une fois, c’est dû à un déséquilibre de la flore (encore et toujours elle bordel) => les lactobacilles (gentilles bactéries) qu’on appelle également flore de Doderlein laissent place aux gardnerella vaginalis => ça cocotte.

Que ce soit pour une mycose ou pour une infection, ce qu’il faut faire c’est un prélèvement vaginal car une IST peut se cacher. Ça ne fait pas mal, c’est rapide et surtout on sait quel est le problème et comment le soigner par la suite. Si on traite une infection (bactéries) alors que c’est une mycose (champignons), bah t’as compris, tu n’iras pas bien loin. Donc premièrement, on s’assure du problème de base.

(Je passe ultra méga rapidement sur les IST, car j’y connais pas grand chose. Juste je crois qu’en cas de fièvre, écoulements chelou et autres symptômes d’état de grâce total de ce genre, mieux vaut courir chez le médecin à toute allure mais surtout s’assurer de faire régulièrement des prises de sang et des frottis afin d’être certaine d’être clean de ce côté là)

Ce que j’ai fait :

Je suis allée chez le généraliste, j’étais à bout de nerfs… (plusieurs années à être emmerdée quand même)

  • Je vous prescris un prélèvement Madame Matka
  • Quoi Docteur ? Encore ?? !!! Oh ça va !! J’en ai marre hein !!
  • Oui mais attendez, là je vous parle d’un prélèvement à la source, vous allez faire un prélèvement au niveau du col, je crois qu’il y a un gars dans le 16ème qui fait ça…
  • Hein ? Quoi !!!! AU COL ????? (j’allais pas dire HEIN QUOI DANS LE 16EME?!)
  • Oui !
  • Mais pourquoi ?
  • Mais Matka, mais réfléchissez… Si vous faites un prélèvement au niveau des lèvres, on sait ce que c’est ok, on traite et en fait ça se trouve… Y’a une bactérie récalcitrante logée au niveau du col qu’on ne retrouve pas au niveau des lèvres. Vous me suivez ?
  • Oui oui (-_-)
  • Donc voilà, on va regarder ce qu’il se passe à la source pour savoir quel traitement précis vous donner
  • Mais on fait quoi après ?
  • Oh !! Première étape on fait ça Matka, revenez me voir après

Ce prélèvement je l’ai fait.

Résultat : mycose et infection. Bingo. Flore de Doderlein inexistante. Jackpote gros!

giphy4

J’ai traité dans un 1er temps mon infection avec des antibiotiques et ma mycose avec un antifongique. Sans ça, lâche l’affaire, c’est mort. Les huiles essentielles, cataplasme d’argile, bain de bicarbonate, injecter du yaourt dans le vagin et ail OUBLIE DIRECT. Il faut soigner avec des médicaments et taper fort pour éradiquer les champignons et les bactéries. Immédiatement, ce qu’il faut absolument faire… Sans ça c’est la mort assurée et la récidive… Il faut impérativement soigner ta flore (qui dans tous les cas sera encore une énième fois flinguée par les traitements lourds) : apporter les bonnes bactéries et les garder au chaud puis adapter une bonne hygiène de vie.

Voilà ce qu’il faut savoir pour restaurer et soigner une flore vaginale ultra fragile :

  • Les probiotiques apportent les bonnes bactéries que je n’ai plus dans le vagin et dans les intestins.
  • Les prébiotiques nourrissent les bactéries que je prends oralement pour les renforcer.

Probiotiques => traitement costaud pour flore inexistante, faut y aller et j’ai pas lésigné :

Lactibiane cnd 10m => une gélule par jour pendant 1 mois

Lactibiane cnd 5m => une gélule par jour pendant 3 mois

De temps en temps => Médigyn, gélule vaginale à insérer

Prébiotiques => à ne pas sous-estimer !

Après chaque fin de règles : je rééquilibre la flore avec des prébiotiques afin de nourrir les Lacobacilles avec des gels. Je prends Géliofil en pipette, que j’utilise pendant une petite semaine. C’est un gel épais inodore et incolore, hyper facile à insérer qui s’en va avec le 1er pipi du matin.

Oui ça coûte cher. Oui c’est relou à faire. Mais sans déconner. Si la flore n’est pas restaurée et équilibrée, c’est la rechute assurée. Pendant des années j’ai zappé cette flore, aucun médecin n’a été foutu de me prescrire ce qu’il fallait pour éviter les rechutes. Pendant des années j’ai pris des traitements antibiotiques et antifongiques sans traiter le fond du problème… A savoir : une flore dézinguée est une flore malade et tant qu’elle ne sera pas équilibrée et au top d’elle-même ça va recommencer.

giphy2

Les gestes à adopter au quotidien :

  • pas de douche vaginale : on ne lave pas l’intérieur. Jamais. Sinon, bye-bye la flore vaginale (mais qui fait ça d’ailleurs ?),
  • pas de papier toilette coloré et/ou parfumé,
  • on s’essuie du haut vers le bas (geste basique pour certaines mais pas pour d’autres),
  • faire des cures de probiotiques et prébiotiques sur minimum 3 mois à renouveler de temps en temps dans l’année,
  • pas de protèges slips en dehors des règles et encore moins quand c’est parfumé !
  • pas de bain avec trop de trucs chimiques dedans,
  • on oublie direct de se rafraîchir avec des lingettes genre des lingettes bébé, CRIME !
  • préférer les protections bio aux cochonneries industrielles pleines de produits chimiques,
  • on limite les produits laitiers et les sucreries industrielles

Je me suis rendue compte qu’en prenant des gélules d’Oméga 3, ça allait mieux aussi. Idem, quand je sens que l’irritation pointe son nez (bébé sensation de brûlure et d’inconfort) je prends… de l’huile d’olive que j’applique matin et soir. Bizarrement, c’est immédiat et ça fonctionne très bien chez moi. Je sais pas si je suis sujette à la sécheresse mais l’huile d’olive ça marche du tonnerre en tous cas.

J’ai commencé mon petit business en novembre, nous sommes au mois de juin. J’ai eu quelques mycoses en début et fin de cycle pendant 2 mois environ. Mais rien de méchant, c’était dû à la variation hormonale et au changement de PH. Je dirais que je suis vraiment tranquille depuis 4/5 mois environ. LIBÉRATION TOTALE. INSOUCIANCE TOTALE. Je continue à faire une fois de temps en temps une cure de Lactibiane cnd 5m et j’alterne un peu avec Médigyn et le Géliofil en pipette dès que je sens un inconfort pointer. Ça se règle en une journée. Je pense que je suis dans la team « meuf avec flore intime ultra fragile » et je suis condamnée à vie à faire archi attention. Mais voilà, depuis que j’ai capté le truc je sais à présent quoi faire…

giphy3

Bref, tu sais quoi faire de ton côté à présent si t’es dans la galère sœur.

Allez bisou.

 

 

 

 

 

12 réflexions sur “Mycoses, infections… Comment s’en sortir.

  1. Ouaich, nan, moi, c’est frère. Freeeeeeeyyyyre. 😉
    Non, mais je savais que je devais m’arrêter à « passe ton chemin mec », mais j’suis trop curieux.

    Non, mais vraiment, sincèrement, je suis de tout cœur avec vous, les meufs. Déjà se faire doigter la teucha par un inconnu tous les 6 mois, je kifferais pas, mais en plus quand t’as des problèmes avec…
    Bon, j’te laisse, j’vais aller faire une prière pour jamais avoir de bouton sur la teub…

    Aimé par 1 personne

    1. Ah mais c’est bien, au moins tu sauras ce que c’est la prochaine fois !
      C’est important que les mecs sachent un peu les galères auxquelles on est exposées, sans compter les fausses idées du genre mycose = mauvaise hygiène par ex

      J'aime

  2. Dingue j’ai vécu une période (genre 10 ans) pareille et la gynéco a finit par me faire arrêter le lactose : bingo, intolérance au lactose, flore intestinale déglinguée qui par conséquent avait détruite l’autre.Un changement d’homme et Tinder plus tard, ça va vachement mieux!

    Aimé par 1 personne

    1. Hey la vie en rouge !
      Merci pour ton commentaire 🙂
      Récidive… écoute, toujours rien, je croise les doigts, ça va faire depuis le début de l’année que je suis tranquille. Je bénis les probiotiques mais pas les médecins qui m’ont bien laissée galérer…
      Big up à toi et à très vite ❤

      J'aime

  3. Je suis dans la situation ça fait un an que je galère avec une démangeaison de satan au niveau de la vulve j’ai essayé plusieurs antifongique mais en sans succès mon médecin me dit qu’il ne sais plus me prescrire maintenant, donc j’ai besoin du nom du traitement que votre médecin vous a prescrit pour que ça parte, car je souffre énormément, et vraiment très gênant de se gratter tout le temps sans arrêt, merci de votre compréhension.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Comme expliqué dans l’article, j’ai pris des probiotiques : lactibiane 10m mycose, qui m’ont calmés mes mycoses. Pour ce qui est du nom du traitement, je n’en ai pas vraiment, je vous conseille de vous renseigner auprès d’un professionnel 🙂
      Bon courage pour la suite

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s