Le célibataire type : le toxique

Oooooooohééééééé (écho écho écho écho)

Woow, attends je dépoussière mon clavier…

(je crois qu’il va te falloir 27 minutes de lecture, installe-toi confortablement)

giphy (10).gif

Aujourd’hui j’ajoute dans la catégorie « célibataire type » : Le toxique. Poouh et ça mon petit pote je l’ai croisé plus d’une fois. Quel titre putaclic sans déconner te diras-tu. C’est pour booster mes visites en fait. Non je déconne. Hé en plus, ça faisait super longtemps que je n’avais pas écrit dans la catégorie.

Éternel recommencement chez moi : il me faut toujours une plombe pour me rendre compte quand quelque chose ne va pas (et même si je me sens bien avec un homme). Oui c’est ça le truc. Une putain de plombe pour « Han mais je crois que c’est pas normal ça ». Mais j’y arrive toute seule comme une grande (auto-smack sur la mano) et je ne reviens pas sur mes erreurs. YAY \o/ Bon, sauf que parfois si, je dois recommencer parce que je suis un peu con-con. ON SE REFAIT AP.

Okay, bon, on va tenter de faire les choses proprement et dans l’ordre chronologique. Ce schéma, je l’ai vécu et malheureusement pas qu’une fois. Si jamais tu te retrouves là dedans, je suis curieuse de connaître ton avis. Et puis savoir où t’en es aujourd’hui.

Je vais te raconter une histoire, c’est une fiction. Je m’inspire des histoires que j’ai connues et … grosso modo, on a le même mode opératoire, le même schéma. Le début de la scène se déroule directoss sur le téléphone, depuis une application de rencontres (hé oh ça va hein, absolument toute la Terre entière est sur les applications). Allez, check this out babe.

Important avant lecture : je m’exprime en tant que femme hétéro qui rencontre un homme hétéro. Et je te donne les explications de sa tactique en italique, donc j’emploie le « il ». Lecteur, un comportement toxique s’applique à tous : femmes et hommes. J’ajoute également qu’ici, je traite du sujet des personnes toxiques dans un sens général. Je ne parle en aucun cas de pervers narcissique. A mes yeux, ce n’est pas la même chose, je ne peux pas assurer que j’en ai rencontré un jour. Peut-être que les comportements que j’ai croisés dans ma vie l’auraient été sur la durée mais je suis barrée avant. Donc je n’ai rien à dire sur eux car je ne connais pas ces profils.


L’accroche et les 1ers échanges => Proie ferrée 

Il est beau, il a de la gueule, il a du charisme, il est bourré de charme et… han merde alors. Non, il est trop beau pour oim. Han mais attends, mais… j’ai trop de chance qu’il s’intéresse à moi. A MOI PUTAIN. C’est ouf quand même. Un gars aussi joli s’intéresse à moi. Bah je vais tout faire pour que ça le fasse. Je vais pas le laisser filer ce petit poisson ! Olalalaa, trop de beauté ça aspire mes yeux. Han je fonds direct, il vient me parler. Je refonds littéralement lorsqu’il répond rapidement, il est particulièrement attentionné et je me rends compte que nous avons beaucoup d’intérêts en commun, nos humours sont calqués l’un sur l’autre, il a une écriture qui me plait, ça match merde !!!

Dès que je dis quelque chose, magiquement vrai mais il répond « Han mais moi aussi!! » c’est fou non ?

Rapidement, on va passer beaucoup de temps à papoter avant de se voir. C’est lui qui me proposera ce premier rendez-vous. Absolument pas forceur, il est même galant et à l’air d’être patient quand je lui dis que j’ai envie de prendre mon temps. Car il sait comment ça se passe pour la majorité des meufs : beaucoup trop d’hommes sont uniquement intéressés par le sexe facile. Lui dit qu’il est différent, il me dit que je peux avoir confiance, qu’il n’est pas comme les autres.

Pour chacun d’entres eux, je me rappelle exactement qu’ils ont dans le ou les 1ers messages exprimé une faiblesse chez eux afin de capter une marque de tendresse chez moi et créer une sorte de « faille » afin que je sois un peu émue. Pourquoi ? Pour voir à qui il s’adresse et repérer très rapidement si la personne va aller dans le bon sens (miskine)… autrement dit, est-ce que je m’adresse à une sensible ? Si la proie tourne des talons direct, c’est mort, place à la suivante. 

Il s’intéresse à moi, me pose des questions précises et retiendra absolument tout. Les moindres détails ont leur importance à ce stade. Quelle est ma situation ? Qu’est-ce qu’idéalement j’aimerais comme relation ? Quelles sont les qualités recherchées chez l’autre ? Il va creuser peu à peu afin de viser juste.

giphy (6)

 

La rencontre => Proie séduite

Elle est par-faite cette rencontre. PAR-FAITE je te dis !! Je suis forcément tombée sur l’homme de ma vie. Il est souriant, avenant, prévenant, nos discussions à l’écrit prennent vie, c’est d’une fluidité déconcertante les amis. Comment ai-je pu rencontrer tant d’hommes sans être tombée sur lui ??? Sans déconner, c’est déroutant tant de coïncidences, il écoute attentivement tout ce que je peux dire et je me sens tellement en confiance et surtout totalement comprise que je me livre sans méfiance. Il a ce don que personne n’a : il sait me mettre à l’aise comme personne.

Ce moment est hors du temps, y’a cette putain de connexion si rare, ce truc que je ne connaissais pas.

Il réussit en quelques heures à éclipser tous les autres. Ce gars est incroyable ! Si intéressant, si intelligent, captivant, quelle personnalité. Bordel, il envoie du lourd. C’est drôle, je ne suis pas la seule à ressentir ça, il est même ultra friendly avec les serveurs, les tables voisines… Bref, je suis clairement sous le charme. Waouh.

En rentrant, il ne tarde pas à m’envoyer LE message rassurant « Matka, je te remercie de m’avoir permis de partager ces moments auprès de toi… Je suis un homme chanceux, j’ai hâte de te revoir…rapidement. » Ouin c’est pas trop cute sans déconner ? Mais qui fait ça ? Bah personne. Je suis mais… tellement touchée. Je n’ai jamais eu autant en si peu de temps de la part d’un homme… C’est moi la chanceuse. Ça me ferait presque bizarre tant de considération.

Il se montre sous son meilleur jour. Ses atouts sont mis en avant, ses grandes qualités sont déballées. Il parade, il aime ça. C’est un homme qui a une très grande facilité avec les autres, très démonstratif, grand communicant, il est charmeur et séducteur pour tous et tout le monde l’adore. Il renvoie une belle image de lui lorsque l’on ne le connait pas, il accroche. Je me répète, tout le monde l’adore, il a ce don de mettre rapidement les inconnus dans sa poche. Son public est séduit. 

Il sait prendre les choses en main avec les femmes, c’est un séducteur mais pas un forceur. Il va s’adapter à l’autre : gagner la confiance, être entreprenant, ressortir certains détails des conversations, poser des questions précises… La phase de séduction en enclenchée, il va taper plus fort quelques jours plus tard et monter crescendo afin de capter l’attention de l’autre.

giphy (2)

 

La phase de séduction, les 1ers rendez-vous => Proie isolée

Il fait le 1er pas… Il prend les choses en main et n’a pas peur d’y aller : c’est lui qui m’embrasse pour la première fois \o/ Je ne touche plus terre. Contrairement aux autres hommes que j’ai pu rencontrer, celui-ci veut me voir TOUT LE TEMPS. Mais genre tout le temps. Il prône le fait de vouloir partager le plus de temps possible à mes côtés afin de construire mieux notre relation. Ouèche le gars me parle de relation ouin. Moi je suis happy comme le chien. D’habitude, le rythme est plus cool, j’entends par là je vois le keumé genre une fois par semaine, voire deux. VS Lui.

Lui il ne fait pas les choses comme les autres.

Il veut passer ses weekends avec moi et ça dès le début, on se voit un soir sur deux, p’tre plus encore. Ça me bouscule, je suis contente d’avoir droit à tant de considération, enfin un mec se met en avant et ose me dire « JE VEUX TE VOIR », bordel il a le cran de s’exprimer. Je suis trop sur mon nuage. Les moments passés avec lui sont juste fous. Entre les soirées de tarés, les nuits de baise hallucinantes, les regards remplis de kiffe, les attentions si touchantes… C’est donc ça le kiffe d’être amoureuse alors ? Et puis cette putain de réciprocité… Merde alors. Je suis tellement ché-per que… je vois plus mes potos. Je me coupe de mon entourage sans m’en rendre compte. Je consacre énormément de temps à cet Homme qui me le rend si bien. Du jamais vu, une telle évidence, une telle attraction, c’est ouf. Et en si peu de temps, il arrive à faire sa place dans mon espace intime. Il est là, comme si ça avait toujours été le cas, c’est naturel. Je me répète, l’évidence de ouf. Mes penchants de dépendante affective sont totalement comblés : il est présent du matin au soir, tant par ses messages, que par ses partages de photos sur Insta, ses stories rassurantes, ses appels, ses messages nocturnes, ceux du matins… Les habitudes sont là et je me sens bien. Je me sens d’autant bien qu’il n’a pas peur de me dire ce qu’il pense de NOUS, j’ai droit à des déclarations enflammées rapidement, à ses yeux je suis une femme différente des autres. Je suis celle qui le révèle, celle qui le met à l’aise, celle en qui il a enfin confiance et il n’avait jamais connu ça avant moi, ses ex étant des « personnes folles ». Je suis exceptionnelle, je suis sa meuf et il est fier de moi. Il a fait sa place et il est clairement dans mon cœur comme ja-ja.

La phase de séduction est en marche ! Et il tape fort : il met en place des habitudes au sein du « couple », s’incruste dans le quotidien, sait tout, voit tout, il a un regard très large sur la vie de l’autre.  Le toxique s’incruste en quelques semaines et sait se rendre indispensable. Rapidement, ça monte direct très très très haut : j’ai droit à des envolées lyriques, des jolies déclarations, un discours édulcoré : lorsqu’on est très sensible on plonge. On est entraîné malgré soi par l’autre qui mène la barque d’une main de maître. Il réussit à accaparer tout mon temps libre, prétextant me mettre en première position VS tout le reste. On ne voit pas réellement le truc arriver, il est là et il n’y a que lui. Il a su faire sa place dans ma vie ainsi que dans mon cœur. Chose importante, ses ex. Ecoutez attentivement l’autre parler de ses relations avec ses ex. Le terme « personnes folles » reviendra chez les personnes à tendance toxiques : malgré le terme « personnes folles » ils gardent un lien avec les ex, les voient, leur parlent encore. C’est ambiguë, c’est flou, on ne saura jamais vraiment ce qui s’est passé et ce qui se passe entre eux actuellement. 

giphy (5)

Les 1ers signes = Proie blessée 

Ma trousse de toilette est chez lui, j’ai ma brosse à dent qu’il a pris le soin d’acheter. Trop mims merde. J’ai laissé aussi des affaires pour que je me sente bien et à l’aise, pour que j’ai mes repères, c’est lui qui me poussait à le faire. En quelques semaines c’est un truc de fou quand même… Il a ce don de parler de NOUS au futur, j’ose enfin me projeter avec un homme. Il est à l’initiative de toutes ces discussions à imaginer un futur pour NOUS. Ça n’arrive pas souvent, moi qui ne connais que des mini relations pétées avec les mecs. Ça me déroute un peu mais… j’ai confiance car il me le répète à chaque fois « N’aies pas peur, tu peux avoir confiance, je suis pas un connard moi ». Nos habitudes sont bien présentes : quand on ne se voit pas c’est le florilège de messages, non stop frère. On peut même regarder des films et des séries ensemble en communicant via messages. Il sait exactement ce que je fais et à quelle heure, avec qui etc. Parce qu’il veut tout savoir. Moi ça ne me dérange pas plus que ça car je me dis qu’il a besoin d’être rassuré. Donc je le fais et ça me parait même normal. Tout il sait absolument tout. Il est un peu jaloux, un peu possessif, je ne connaissais pas ça en fait, je trouve ça presque mignon. Ses messages matinaux font partis d’une routine qui me rassure, je sais que j’y ai droit tous les jours et je suis contente de les lire. Tout comme ses « bonne nuit » ou encore ses appels surprise à n’importe quelle heure pour savoir ce que je fais. Nous avons notre rythme.

Et puis un jour ça commence et je l’ai pas vu venir honnêtement.

Tout débute avec une mini remarque (un peu merdique) et puis… Il m’a confié qu’il n’aime pas ma façon de raconter des histoires. « Ah bon ? Mais pourquoi ? » Et puis peu de temps après, c’est un mini scud car je suis chon-chon le matin. « Ah bon ? Mais j’ai toujours été comme ça pourtant… J’ai pas changé. » Et puis une autre remarque sur le fait que je sois pas au taquet pour répondre à ses messages quand je suis au boulot. « Mais pourtant ça a toujours été comme ça… Quand je suis en réunion, tu le sais que je peux pas répondre à mon téléphone… » Je me souviens, il m’a d’ailleurs reproché le fait de ne pas lui tenir la main pendant qu’on mate un film au ciné… « Tu n’es pas assez tactile avec moi, tu es blessante » « Ah pardon… bah je vais changer ça, je pensais pas que c’était si important pour toi ». Et il est vrai qu’il ne trouve pas normal que je ne sois pas continuellement collée serrée contre lui TOUT LE TEMPS mais ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Le train-train a bon train. Tout se passe comme sur des roulettes, je m’autorise à lâcher les rennes, je me laisse aller dans mes sentiments même si cela va (trop) vite à mon goût car je n’ai jamais rencontré un homme comme lui. Encore quelques semaines avant, je ne le connaissais pas, mais il est vrai que ça se passe bien. La confiance s’installe, j’apprends à découvrir son petit côté possessif et jaloux mais c’est normal. Il continue à être présent partout : téléphone, rendez-vous de qualitey, de jour comme de nuit… Je me laisse emporter. J’accorde ma confiance à cet homme et il le sait. Cet homme qui va se permettre de me juger et de me faire mal. Dans un premier temps, ce sera en mode « remarque anodine » mais… rien est anodin

giphy (4)

La remise en question => Proie dévorée

Je commence à mettre bout à bout cette série de piques de méchanceté qui m’est directement adressée. Ça fait genre… 3 ou 4 mois qu’on est ensemble et on en est là. Moi la femme dont il est « amoureux ». Je me pose des questions… Quand on est amoureux, est-ce normal de dire :

« Tu mets trop de temps à choisir ton menu, je pensais que tu étais intelligente pourtant », « C’est pas normal que tu n’aimes pas ce genre de musique, t’es vraiment chelou comme meuf », « Ah oui ? Ta réunion de famille c’est plus important que me voir ? », « Je sais pas si tu auras droit à un cadeau pour Noël », « Non mais j’ai passé la nuit à devoir remonter le moral de mon ex laisse tomber je suis crevé en plus je n’aime pas aller chez elle », « T’es vraiment bizarre quand y’a des gens que tu connais pas autour de toi, t’es pas normale à être intimidée », « Ne recommence pas à me faire le coup d’être mal à l’aise au resto comme la dernière fois, tu m’as gonflé », « Tinder ? Ah oui j’y suis encore… Bah si tu me demandes de supprimer mon compte comme tu le fais, y’a pas moyen que je le fasse » ETC ETC ETC ETC ETC.

Non, je ne pense pas que ce soit normal de dire des choses comme ça à la personne « qu’on aime ».

Le pire ? C’est que je lui trouve toutes les excuses du monde pour expliquer ses dires. Et ça marche. Je me persuade que le problème vient de moi. Mais oui, forcément, ça ne peut que venir de moi. Je sais, je suis un peu chelou sur les bords et il a raison de me faire toutes ces remarques : c’est pour que je m’améliore et que ça aille entre nous. Il me dit ça mais pas tout le temps hein… Mais il était p’tre fatigué… C’est normal on commence à se connaître… Je sais je suis très agaçante parfois… Il a le droit de me dire ce qui ne va pas non ? Mais c’est de ma faute aussi… Je sais que j’ai des défauts…

Je passe beaucoup de temps à me remémorer les moments que je partage avec lui.  Et je commence à absolument tout décortiquer, analyser et je peux te jurer que putain, j’en passe du temps, je me fatigue. Y’a un gap non ? Effectivement, rien à voir avec les débuts si putain d’idylliques. Pourquoi ça se passe comme ça ? (Est-ce qu’on peut revenir en janvier ? Son regard me traverse le corps comme une longue aiguille bisous Antoine). Je suis en train de me creuser la tête, j’arrive pratiquement plus à bosser. Et puis bizarrement aujourd’hui, j’ai pas reçu mon sms du matin. Bon, il est p’tre occupé…

11 heures du matin, toujours rien. Bon, je vais lui envoyer un message. Ça ne lui ressemble pas du tout, il a dû lui arriver quelque chose…

14 heures 39, pas de réponse. Merde alors… Mais il se passe quoi ? Oh bizarre, il s’est connecté pourtant toute la matinée sur Whatsapp… Ah mais ce doit être le boulot… Ah oui il me dit qu’il travaille grave en ce moment. Le pauvre.

RÉPONSE ENFIN !!!! 14 heures 44 : « Yep merci ça va ! »

(-_-‘)

(Et moi est-ce que je vais bien? Bon, on ne le saura pas car silence le reste de la journée. Il reviendra comme si de rien n’était plus tard dans la soirée, pour s’assurer de mon emploi du temps et me dire qu’il a beaucoup de travail)

Et puis les jours vont passer et ça va continuer dans ce sens… Chelou, il répond pas comme d’habitude, je le sens disant, absent, plus intéressé.

Et là, telle une belle bouse bien fraîche, s’installe un virement de situation que je n’ai pas vu venir. C’est moi qui vais envoyer beaucoup plus de messages que d’habitude. C’est moi qui vais commencer à être en demande. C’est moi qui vais venir gratter de l’attention. Je vais me retrouver dans une position de grosse victime, je serai alors la mendiante de l’amour. Et je vais tomber bas. Oh bordel, je vais me prendre la tête, mais d’une force. Et là, ça commence à faire très mal.

Une amie m’a dit un jour « Heu… Quand on commence à mater les vidéos de coachs de séduction pour rattraper son mec, c’est mauvais signe. Si tu te poses trop de questions, c’est que ça va pas. »

Oh ben tiens, tu m’étonnes que ça va pas…

Le toxique cherche à me déstabiliser dans ses remarques blessantes et son changement de rythme : étant de nature bienveillante et empathique, je me remets en question. Je prends en considération chaque reproche et je fais tout pour aller dans le bon sens. Dans le bon sens ? Non… Dans son sens à LUI. Ce qu’il considère comme sa relation idéale, SA manière de voir et faire les choses. Son but => me modeler. Peut-on changer une personne ? Non. Il prend un malin plaisir à observer mes réactions et il attend le fameux pétage de plomb qui me fera entrer au Panthéon des « personnes folles ». La boucle est bouclée les enfants !

Il casse les habitudes et se rend rapidement compte que tout a bien marché : je suis déroutée de son changement de comportement, je cherche à savoir pourquoi et je pose des questions. Il restera dans le flou : je suis fatigué, je n’avais plus de batterie, j’ai beaucoup de travail (ah ben ça, il a bon dos le taff)… Et toute autre excuse que je qualifie de merde. 

giphy

La prise de décision => Proie morte

Cette phase a l’effet d’une énorme gifle, bien violente, en plein visage. La joue qui claque et tu sens même des battements de cœur dans la chair. J’ai mal. J’ai mal au ventre, j’ai pas faim et je ne comprends pas. Je reste sans réponse à mes questions. Il coupe peu à peu toute forme de communication, il a des excuses pour annuler nos rendez-vous. Je ne le vois plus. Et… bah je me sens sale, conne, nulle, zéro. Il n’a plus de considération pour moi, zéro attention. J’ai l’impression de ne plus exister pour lui. Je suis la pire des merdes qui puisse exister au monde. Je m’en rends malade, mais vraiment. Ce qu’il a mis en place depuis le début est en marche : je suis profondément amoureuse, accro et terriblement malheureuse, mon mal-être est si grand.

Je ne peux plus me passer de ses messages (qui au début me gonflaient presque, rappelle-toi) le moindre mini signe de sa part est un geste tendre et d’affection pour moi.  Tel un pigeon, je me jette sur la moindre miette de sa part, je la prends et je m’en satisfais tant bien que mal. Je prends et je m’en contente. Et je continue pendant des jours à être dans l’attente, cercle vicieux… Plus les jours passent, plus je souffre. Cette violence inouïe de se prendre en pleine face le rejet de l’autre, celui avec qui j’ai partagé tant.

Mais j’ai fait quoi pour me retrouver dans cette situation? J’ai fait quelque chose de mal? J’ai dû mal m’exprimer et ça l’a énervé… Ah non, justement, c’est parce que j’ai réagi comme ça la dernière fois? Si? Non?

Ces questions, elles tournent sans cesse dans ma tête. Je me remets en question, j’analyse, je réfléchis, je pense encore et encore.

Mais qu’est-ce que j’ai fait putain de merde?????

(réponse : rien, t’as absolument rien fait)

Evidemment, avoir des réponses à mes questions sera impossible. Il reste dans un mutisme complet, il est adepte du ghosting (mais c’est drôle, mes stories seront scrutées dans les 15 premières minutes, ça c’est quand même très fort, on peut m’expliquer le CONCEPT DE DÉTESTER UNE PERSONNE MAIS REGARDER SES STORIES?). Ce procédé très violent lui permet de garder encore un avantage, celui de faire péter les plombs de l’autre, surtout après avoir martelé de messages et d’appels pendant des mois et mois (à son initiative bien évidemment). Il coupe tout, presque du jour au lendemain. On peut passer à une journée sans contact… Puis deux, puis… de plus en plus. Il reviendra de temps en temps en mode rafale à envoyer plein de messages précédés d’un « Coucou toi ». A ce stade, une seule solution : couper tout contact. C’est un lâche qui n’aura jamais d’explication à donner. Etre honnête et dire les choses clairement ce n’est pas fait pour lui car … le problème c’est pas lui, c’est toi. Cette phase est le parfait mélange de : réflexions sans fin, questionnement, analyse, on ressasse, on culpabilise, fatigue morale et physique, colère, vexation, blessure morale, délaissement, ignorance => le pétage de plomb est proche, je suis une bombe à retardement, j’ai besoin d’explications, je n’en aurai jamais. De son côté, il n’a rien fait de mal, le problème pauvre meuf que tu es, c’est toi. Ça y est, tu as désormais ta place au Panthéon des « personnes folles » dans sa tête.

\o/ C’EST GAGNE \o/

giphy (7).gif

 


Pour finir

Pas d’échec, que des leçons de vie. Je peux t’assurer aujourd’hui quand je vois arriver un gars qui commence comme ça… je le vois arriver de TEEEEEEEEEEEEEELLEMENT loin que je m’en écarte direct. Je me protège, aujourd’hui j’arrive à déceler rapidement ce genre de comportement toxique et malsain. Je suis une nana très sensible et ça… pour moi c’est quelque chose qui est tellement violent et difficile à encaisser.

Comment on s’en remet ? Bah pas vraiment j’ai envie de te dire.

On s’en remet pas car on y pense souvent par la suite, pour les autres relations qui arrivent. On est blessé au fond de soi, on nous a bousillé à petit feu, le taff a été fait à la perfection. S’en remettre est un long chemin. Ne serait-ce que cette année par exemple, j’ai eu la chance formidaaaaable de tomber sur 2 hommes qui ont eu très sensiblement le même mode opératoire. Pour l’un il m’a fallu 5 à 6 mois pour m’en remettre, pour le deuxième ça a été plutôt rapide car je me suis rendue compte que son comportement était malsain, j’ai direct capté. Mais non, clairement, on ne s’en remet pas totalement. Car par la suite, je suis méfiante, j’observe, je suis presque à l’affût du petit signe qui me fera penser à ces comportements toxiques qui m’ont fait très mal. Mes analyses et mes réflexions m’aident à aller de l’avant, toujours. J’ai appris à reconnaître les signes, j’ai appris à être plus attentive, à observer, je suis patiente et je prends mon temps pour apprendre à connaître l’autre. J’accorde ma confiance petit à petit, il faut du temps pour tout.

Quand on rencontre une personne, on ne la connait pas. On ne doit pas accorder si facilement sa confiance, la confiance ça se gagne petit à petit. On voit l’autre de manière raisonnable, les moments partagés doivent être réguliers mais pas omniprésents. On tempère, on tâtonne, on prend le temps de connaître le fonctionnement de l’autre. On ne se précipite pas. Lorsque l’on est dans la démarche réelle et sincère de trouver l’amour, on accepte l’autre dans son entièreté : ses grandes qualités comme ses défauts ne devraient pas déranger. Justement, on aime l’autre pour ce qu’il est et ce qu’il représente car c’est pour ça qu’on l’a choisi. C’est ça le truc. On ne veut pas surtout pas changer cette personne, car elle est ce qu’elle est.

Qu’on se monte la tête et qu’on en tombe malade ce n’est pas la normalité. Qu’on ait mal au bide en pensant à l’autre, qu’on se remette sans cesse en question, qu’on soit jugé, pointé du doigt, critiqué… C’est non.

giphy (8).gif

Cette tension n’est en aucun cas saine au sein du couple.

C’est simple, si notre intuition nous dit « Tiens… c’est chelou ça.. Je connaissais pas avant…C’est bizarre de fonctionner comme ça ». Hé bien mon cher ami, mon meilleur conseil c’est : écoute-toi. Toi et toi seul sais mieux que tout le monde ce qui est bien pour toi. Ton passé, ton expérience te dira ce qui est de l’ordre du normal ou pas. Je me suis rendue compte (toujours sur le tard hein) que quand une personne est trop dans un extrême : CA CHLINGUE GRAVE.

Ce qu’il faut retenir de tout ça c’est qu’en aucun cas c’est de ta faute. Si y’a un pétage de boulon c’est p’tre qu’à la base, y’a un comportement qui a engendré cette réaction de ta part. Je me répète mais tu te connais suffisamment pour savoir que non, c’est pas ton état normal de te retrouver comme ça. Ce n’est pas de ta faute, en rien tu n’as à culpabiliser. La solution ? Allez, on prend du recul, on s’entoure des meilleurs, on sort, on s’occupe, on prend soin de soi et on prend le temps de s’en remettre.

Se tourner vers des personnes patientes, bienveillantes, dans le dialogue, la compréhension, l’empathie… Bah ça change pas mal la donne crois-moi.

giphy (9).gif

 

11 réflexions sur “Le célibataire type : le toxique

  1. Content de te retrouver (bon enfin y’a le podcast, techniquement) !

    J’ai juste 2 remarques (que j’ai dû noter pour pas les oublier tellement c’était long 😉)
    – On n’est jamais « pas assez bien » pour personne. (t’es pas la seule, hein, on est tous comme ça une fois dans sa vie au moins)
    – Quand toutes les exs sont des « folles », généralement, c’est que c’est pas les exs le problème. 😃

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Tabi 🙂

      Effectivement, on n’est jamais assez bien pour certains, le but étant de savoir partir quand ça va trop loin…
      Et je répondrais que le dénominateur commun de tous ces ex… C’est la personne qui est centrale à tout ça. C’est exact, je suis entièrement d’accord avec toi. Après, pourquoi les qualifier de « folles »? C’est très fort comme adjectif. Je reste sur mon analyse : si une personne vrille c’est parce qu’à la base il y a eu un cheminement qui l’a amenée à avoir des réactions disproportionnées.

      J'aime

      1. Non, non, t’as mal compris, ou alors c’est moi qui l’ai mal formulé.
        Ce que je voulais dire, c’est qu’on est jamais trop (pas pas assez) bien pour quelqu’un, même si on le pense.

        Bah dire qu’elles sont folles, c’est une façon de se dédouaner (et se voiler la face par la même occasion), rejeter la faute sur les autres, alors que le problème se trouve devant le miroir…

        Aimé par 1 personne

      1. Pourquoi tu as 2 fois ce genre de relations en très peu de temps ? Tu as en partie répondu à Xavito04. Tant que tu n’as pas compris, la vie te présente le même schéma.

        C’est facile pour moi de prendre du recul en te lisant. Alors qu’en tant qu’hypersensible et dépendante affective (mais aussi à plein d’autres choses, c’est le problème avec la dépendance), j’en bave. Même au niveau amical où il m’arrive d’être attirée par des personnes co-dépendantes.
        Je suis numéro 1 du faites ce que je dis mais ce que je fais…

        J'aime

  2. Salut Matka,
    Content que tu soies encore en vie. 😉
    Je ne te suis pas forcément sur l’ensemble de ton article : les débuts décrits ressemblent pas mal à un paquet de débuts d’histoires d’amour, et toutes n’ont pas forcément lieu avec quelqu’un de « toxique ».
    Je pense que comme un certain nombre de filles, tu as un côté « dépendante affective » qui te fait projeter plein d’attentes/de qualités chez l’autre, et quand il te laisse à penser que tu les as trouvées chez lui, tu as l’impression de vivre un bonheur complet…puis quand tout ça commence à s’échapper, tu doutes, tu souffres et tu t’accroches, pas tant au gars lui-même, mais à cette sensation de bien-être, de plénitude qui te manque et que tu souhaites absolument retrouver.
    En vain, parce qu’en résumé, ce mec n’était qu’un mirage auquel tu voulais absolument croire.
    Je connais d’autres filles comme toi, et malheureusement vous avez parfois tendance à reproduire ce schéma… Je vous dirais bien d’être davantage pragmatiques et objectives, mais au fond de vous il y a toujours cette envie irrépressible d’être avec celui qui comblera tous vos besoins affectifs.
    J’espère que tu auras davantage de chances avec le prochain.
    Porte toi bien.
    La bise,
    PS1 : quelqu’un qui te critique systématiquement ou qui ou te descend pour te faire douter de toi ressemble quand même pas mal à un pervers narcissique.
    PS 2 : je ne comprends rien à ce que dit Tabi.

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Xavito04 !

      Oui oui, toujours en vie ! Même si je ne suis pas hyper présente, j’ai toujours des choses à dire 🙂

      Merci pour ton commentaire et je comprends ton point de vue.
      En fait, ce que j’ai voulu expliquer ici, c’est le « travail psycho » du toxique qu’il établit bien en amont malgré lui. Il crée une dépendance chez l’autre. C’est inconscient ou conscient, j’en sais foutrement rien. Je crois que je n’ai pas assez appuyé sur cet aspect en fait…
      Ce qui est tristoune c’est que oui, je suis pas la seule, on est masse de personnes (femmes et hommes) à avoir connu ce genre de personne.

      En parallèle, je n’ai jamais caché mon côté dépendance affective, je suis totalement consciente de ça. Et tu sais quoi ? Putain, j’arrive à me soigner toute seule \o/

      Quand tu parles de pervers narcissique, je ne sais pas si le terme est exact. C’est assez spécifique, c’est pour ça que j’ai opté pour « toxique », je ne tenais pas à faire une généralité sur le PN alors que je ne connais pas forcément ça.

      PS : big bisou

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s