Résilience et coach de séduction

5 années se sont écoulées depuis la rupture avec le père de ma fille. Ça en fait du chemin parcouru, ça en fait des histoires à raconter et ça en fait des expériences ! Allez, je me fais un petit bilan. Bilan qui part bien entendu dans tous les sens, on change pas une équipe qui gagne. Qui veut suivre reste.

giphy (3)

 

Je me rends compte qu’avec du recul, il m’a fallut au moins deux années pour me remettre psychologiquement de la rupture : me mettre ienb au quotidien et apprendre à me débrouiller seule financièrement (ça c’est DUR DUR DUR les amis après 10 ans à deux) mais c’est comme pour tout, on s’y fait. Je n’achète plus mon mascara adoré à 38e chez YSL mais je vais chez L’Oréal et je vois même pas de diff. Point barre (pauvre petite fille mon dieu que je suis à plaindre). Les fringues c’est idem, je fais méga attention et je me tourne vers les fripes et la seconde main en ligne, j’apprends à recoudre mes vêtements (mais certainement pas à coudre), à aimer remettre certaines fringues et j’ai dit bye-bye à la fast fashion qui au final… ne m’apportait pas grand chose si ce n’est qu’un sentiment de petit bonheur sur le moment. Bof quoi. A présent les achats sont plus réfléchis, réellement enviés et je mets absolument toutes mes fringues. Adieu monde de la surconsommation et bonchour les tote-bags gratos et Vinted.

Je disais donc (digression quand tu me tiens par la barbichette), deux années pour me remettre psychologiquement de cette rupture. Parce qu’il a fallut que dans ma tête je me dise que la situation était comme telle à présent et j’ai mis du temps à l’admettre. Ampoule à changer ? Ok. Mur à peindre ? Ok. Meuble à monter ? Ok. Une araignée grosse comme ma main ? Ok. Etre le papa et la maman une semaine sur deux ? Ok. Payer mes impôts ? Ok. 3 lessives par semaine ? Ok. Bosser en même temps ? Ok. J’avais jamais vécu seule, j’ai appris. Ps : rien d’insurmontable sinon personne ne vivrait seul hein, je t’apprends que dalle. Mais après 10 années de vie de couple, wooow, ça fait chelou au début crois-moi frère.

giphy (6)

Autre paramètre que je n’avais pas pris en compte lors du début de mon célibat, c’est l’acceptation de la solitude.

Je peux te jurer que pendant 4 ans, j’ai cherché à fuir mon appartement (que je kiffe puissance 2000 pourtant) et je devais me prouver un truc. Quoi ? J’en sais foutrement rien. Mais je sais pas, dans ma tête je culpabilisais à rester chez moi et me poser. Pendant ma semaine sans enfant, je DEVAIS sortir au moins 4 à 5 soirs. Je me réservais principalement le dimanche soir oklm à la maison. Résultat : grosse fatigue morale et physique (ouch). 4 ans à bringuer non stop, mes (bientôt) 37 ans ont eu raison de moi. OUAIS JE N’AI PLUS 26 ANS, han sans dec. Mes poches, mes cernes et mes rides me le rappellent tous les jours. Heureusement qu’il me reste l’humour ah !

giphy (1)

Non mais pour être plus sérieuse, je ne sais pas pourquoi je me suis foutue une pression inutile sur le fait de DEVOIR sortir et profiter. Mais profiter genre tout le temps hein. Je sais pas pourquoi. Sexe, drogues, alcool étaient ma raison de vivre. Et puis depuis la mort de Johnny, c’est fini. Je suis une autre femme.

giphy (2)

Toujours concernant l’acceptation de la solitude, je me persuadais qu’il fallait que j’aie un mec. Si j’en avais pas ? Bordel mais ma vie n’avait pas de sens. Ce vide dans mon cœur me rendait triste, je te jure. J’avais besoin d’avoir sans cesse quelqu’un en tête. Le contraire n’était pas logique. Moi ? N’avoir personne à qui penser ? Personne à kiffer ma race ? Ecouter Pépite, Paradis et Véronique Sanson sans une émotion pour un mec poilu ? IMPOSSIBLE PUTAIN DE BORDEL. C’était juste impensable. Les gens changent que veux-tu.

A présent, ça va terriblement bien. Et tomber in love n’est plus si terrifiant que ça.

J’ai soigné ma dépendance affective comme une grande, je taffe actuellement sur ma peur bien profonde comme l’océan pacifique de l’abandon et du rejet. Han comment ça fait chier ce truc. Je ne sais pas d’où ça vient. Ptre qu’une fois mon reup a dû m’oublier à la banque ou un jour à l’école primaire mes copines m’ont tourné le dos, qu’est-ce que j’en sais et … qu’est-ce qu’on s’en fout car le problème il est là.

Bon. Je pense avoir réglé ce problème qui était très handicapant.

Parait qu’il faut taffer le lâcher prise et surtout le truc du « vivre le moment présent et arrêter de se poser trop de questions ». Dac docteur. Mettons ça en action !

Sauf qu' »arrêter de se poser des questions » c’est simplement impossible à mon échelle, me poser des questions c’est ma raison de vivre wsh. Et c’est ainsi que mon ange gardien m’a un jour offert un bouquin qui s’intitule « Les 4 accords Toltèques« , je t’en avais parlé en plus rappelle-toi. Passons sur le fait que le gars qui a écrit ce livre embrasse les arbres et célèbre chaque jour qui passe la nature en levant les bras vers le ciel, les 4 chapitres sont excellents. Enfin moi, ça m’a grave parlé et ça a bien résonné dans ma petite tête de blondasse. J’encourage vivement tout le monde à le lire, ce serait enfin la paix dans le monde. Déjà c’est la paix dans ma tête ce qui est un très bon début hein. Après les autres balec, faites vos bails hein.

=> Je me fous complètement de ce que pense mon mec sur mes réactions, mes goûts chelou et mes défauts. Je suis comme je suis et je n’ai pas à mettre de filtre sur quoi que ce soit. Je me dis également que oui, il peut partir. Et si c’est le cas, ce n’est pas grave. Car rien n’est grave et je fais toujours de mon mieux pour que ça aille dans le bon sens. Le principal pour moi est que ma fille aille bien, que ma famille soit présente ainsi que mes amis proches. C’est trop précieux ça. Donc un mec qui s’en va ne me fera pas mourir, y’en aura un autre… ou pas ! RE-LA-TI-VI-SONS.

Je n’ai pas à renier ce que je suis, ni à changer quoi que ce soit pour lui faire plaiz. Ni à m’oublier surtout. 

 

Lolilol de feu de la mort, alors que j’écris ce pavé depuis des semaines voire des mois, je suis tombée sur cette vidéo. Oui je me suis engouffrée dans les vidéos de coach de séduction. Alors cherche pas et ne me jette pas de pierre(s). Je suis en mode monopensée et il m’arrive de bloquer sur un sujet en particulier et ça peut durer un temps. Quand je décroche c’est parce que je m’en suis écœurée. J’ai eu ma période « découpe de fruits de mer sur le marché en Corée », « fabrication de piscine artisanale », j’ai aussi eu ma période « usine ». Bref, j’ai vu cette vidéo de Yann Piette qui explique pas mal bien cette notion :

Coucou les girls lol

« Comment savoir s’il me prend pour un plan cul », « Pourquoi il ne répond pas à mes messages », « Libère la femme puissante que tu es » « Comment reconquérir mon ex ». Je suis calée à mort sur tous les sujets. Attention, j’ouvre ma chaîne Youtube bientôt.

AAAAAANYWAAAAAAAY

C’est en me disant des trucs simples que j’ai pris beaucoup de recul vis à vis des hommes : j’ai besoin de personne pour vivre. C’est MOI en preums, l’autre par la suite. Je dois penser à mes propres besoins, mes envies avant toute chose. Je me prends la tête parce qu’il ne répond pas à mes messages ? Balec mec. Si t’es pas foutu de te rendre compte que je suis une bête de meuf, passe ton chemin. C’est que tu n’en valais pas la peine et basta. D’ailleurs, revenons à la base, en toute logique, quand ça se passe bien, je n’ai pas à me prendre la tête à penser à mes faits et gestes. J’ai tout simplement stoppé et arrêté net la farandole des rencontres en ligne (oui je suis sérieuse sois pas deg). Parce que sur 100 gadjos, seulement 1 voire 4 gars à tout casser en vaudra réellement la peine. Avec le temps j’ai appris à cerner rapidement les hommes sur les applications de rencontres. Je suis toujours à dire haut et fort que c’est un formidable outil mais qu’il faut rester lucide sur le fait que la grosse majeure partie des inscrits n’est là que dans le but ultime de niquer un coup sans le moindre effort. (PS pour certains hommes : il existe des femmes qui vous laissent profiter de leurs corps comme bon vous semble, dans le respect et ça ne les dérange pas de le faire mais pour ça faut payer.)

giphy

Sur Tinder and co, exit les épicuriens qui aiment la spontanéité (on les connait hein les loulous) et je dis bonjour aux profils simples. Le genre de profil qui ne m’intéressait PAS DU TOUT y’a encore quelques temps. J’ai arrêté de me mettre des barrières, si le mec n’est pas papa.. C’est pas grave. S’il est plus jeune, ce n’est pas grave non plus, j’ai vraiment ouvert le champ des possibles car il n’y a pas de règles. J’ai cessé de m’en fixer trop. Et j’en ai fini de rencontrer les artistes maudits qui me rendaient chafouine, fini les gars qui ne m’apportent pas d’attention, fini les hommes border qui ne sont pas heureux, fini les mecs qui prônent la passion et les émotions trop fortes, terminé les messages incessants toute la journée et toute la nuit, j’ai rayé également les hommes qui manquent de patience et qui ne se soucient pas de moi. On a dit BIENVEILLANCE et GENTILLESSE bordel de merde.

J’ai également appris à prendre mon temps avec les hommes. Prendre mon temps, chose que je ne faisais pas avant. Il fallait que tout soit rose et parfait dès le début, je fonçais direct du moment que j’avais des miettes d’affection, je n’ouvrais pas les yeux, je n’étais pas attentives aux signes. Ce n’est pas au bout d’un rendez-vous que tu accordes ta confiance ou que tu peux te permettre de dire qu’il est gentil et que tu le connais : ouh non. J’ai appris à observer, me méfier, attendre et surtout voir si le mec fait ses preuves. 4 ans pour capter la nana hein. Wow. Aujourd’hui je suis en mode slow motion total. Le gars n’est pas patient ? T’inquiète attends bouge pas, je t’ouvre la porte et surtout ne te retourne pas je t’en prie.

giphy (4)

Après avoir listé toutes les choses qui n’allaient pas, j’ai fait un méga vide. Tu sais quoi ? Comment ça fait tellement de bien de se sentir libre, détachée. On se recentre sur soi-même, on apprend à passer du temps pour soi, on fait le vide quoi. Tout ça, j’ai lentement appris à le faire et le prochain qui arrive à chambouler mon petit cœur d’amour, je peux t’assurer que c’est un putain de bonhomme.

Voilà, y’a pas de chute à cet article, juste pour te dire que tout roule en fait. Sois pas deg bordel !

giphy (5)

Allez, je reviens dans pas longtemps pour te raconter un rendez-vous pourrav comme tu les aimes tant.

❤ Bisou ❤

 

2 réflexions sur “Résilience et coach de séduction

  1. Oh Matka le retour ! Je vais fêter mes trois ans de célibat et j’arrive à la même conclusion que toi. Fini Tinder, bonjour l’acceptation, oui j’ai de la valeur sans un mec, et le prochain crois-moi il devra avoir une grosse paire de couilles. Sinon tu peux faire encore plus d’économies si tu achètes ton mascara chez You Are Cosmetics (.com), il coûte 3€ et il vaut largement un l’Oréal (et en plus c’est pas testé sur les animaux youhou). Prends soin de toi 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Mais trop bien pour le conseil mascara ! Je vais regarder ça tient
      Oui, je pense aussi qu’on a besoin d’apprendre sur nous même et qu’il faut du temps pour se rendre compte de plein de choses ! Je suis contente de savoir que ça roule de ton côté !
      Big up à toi ❤

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s